Le manuscrit médiéval ~ The Medieval Manuscript

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 29 janvier 2015

I N C I P I T



Ce blog, dédié au maître Léopold Delisle (1826-1910), et à l'érudit François Duine, clericus dolensis (1870-1924) est exclusivement (ou presque !) consacré au manuscrit médiéval, jusqu'à ses rapports avec les premiers incunables. Toutes informations sur le sujet seront appréciées. N'hésitez pas à publier vos commentaires et à soumettre vos avis.
This blog is dedicated to the great manuscript scholar Léopold Delisle (1826-1910), and to François Duine, clericus dolensis (1870-1924), and (almost exclusively!) to medieval manuscripts, up to and including their relationships with early printing.
All contributions to this subject are welcomed, as well as any additional commentary or opinions.
Jean-Luc Deuffic
Contact : pecia29@orange.fr /// Site web // Academia.edu

[ Illustration : Cambrai BM, 620 . © Institut de recherche et d'histoire des textes - CNRS

L A   R E V U E  /  T H E    J O U R N A L
The New website of the journal PECIA : LE LIVRE ET L'ECRIT [link] - Edition : Brepols Publishers (Turnhout)
DERNIERS VOLUMES PARUS
Pecia. Le livre et l'écrit, 7 (2009) 2010 : Notes de bibliologie. Livres d’heures et manuscrits du Moyen Âge identifiés (XIVe-XVIe s.)
Pecia. Le livre et l'écrit, 13 (2010) 2011 : Du scriptorium à l'atelier. Copistes et enlumineurs dans la conception du livre manuscrit au Moyen Age
Pecia. Le livre et l'écrit, 14 (2011) 2012 : Texte, liturgie et mémoire dans l'Église du Moyen Âge
Pecia. Le livre et l'écrit, 15 (2012) 2014 : « Qu'il mecte ma povre ame en céleste lumière ». Les funérailles d’une reine: Anne de Bretagne (1514). Textes, images et manuscrits


VIENT DE PARAITRE
JEAN-LUC DEUFFIC
Inventaire des livres liturgiques de Bretagne. Livres d’heures, de piété, de dévotion et ouvrages associés antérieurs à 1790.
Manuscrits et imprimés (français, latin, breton)
ISBN 978-2-7466-6731-0.
CDROM. Fichiers pdf. Recherche par mot. Index des titres et des manuscrits. Index des noms de saints.
Environ 1600 pages – 1800 notices de livres et de manuscrits
PRESENTATION - RECENSION - COMMANDE >>>>>>>>>>>
[ LIEN / LINK ]


dimanche 25 janvier 2015

Galeran le Breton, échanson et concierge du Palais sous cinq rois de France (1252-ca 1323)



Le Louvre de Charles V

Parmi les Bretons qui se sont révélés dans le Paris médiéval, Galeran le Breton prend une place toute particulière tant par la longévité de sa carrière que par son importance dans la diaspora bretonne de la capitale.

Les actes ci-dessous représentent quelques jalons de la vie de Galeran, qui sera développée dans une prochaine étude.

1285, janvier (1286 n. s.). Règlement de l’hôtel du roi Philippe et de la reine, ordonnance, Vincennes :
« Paneterie :
« ltem , Galeran des nappes qui fait le siege le roy prendra par jour une provende & six deniers pour son cheval pour foin , & pour heberger, pour robe trente sols par an, & sorge , & pour rester pour un cheval. ». E. Martène, Thesaurus novus anecdotorum, Tom. I, Paris, 1717, col. 1199.

1298, 12 juillet, Taverny. Au prévôt de Paris : assigner à Galeran, concierge du palais des places louées à des marchands. Paris, Archives Nationales de France, JJ 38, n° 14, inv. 113. 
Philippe le Bel (1285-1314) accorde à Galeran, son concierge, les places sises devant les nouveaux murs du Palais pour qu’il puisse les louer à des marchands, ce en compensation de plusieurs maisons qui avaient été réunies au Palais et sur lesquelles il percevait un cens annuel à cause de la conciergerie.

1299, après les Brandons (mars). Décret du chapitre de Notre-Dame de Paris portant consentement à la fondation de la chapelle Saint-Louis (+ 1297) par Galeran le Breton.


Saint Louis de Toulouse (Antonio Vivarini, 1450)

Témoignage de la fondation de la chapelle Saint-Louis à Notre-Dame de Paris : le missel (Paris, BnF, Latin 8884), missel à l'usage des Frères Prêcheurs, adapté à l'usage de cette chapelle 
(numérisé sur Gallica)

(f. 335v :) « Cest missel est de la chappelle saint Loys fondée en l'eglise de Paris que tient à present Jehan Beaujan. Fait le premier jour de fevrier MCCCCLXV » ; « Et fut fondee l'an mil CCC et deux par Galleran Le Breton eschançon du roy Philippe et concierge du palaix à Paris et Perrenelle sa femme et est de la communauté. Et en est a present chappellain maistre Pierre Alusson prebstre docteur en medicine. Fait l'an mil CCCCIIIxx et six. Dieu ait les ames des trespasses » « Ce mecel est de la chappelle [« fondee » ajouté] à laustel saint Louys de Marceillez en lesglise de Paris que tient a present messire Denis Chardon prestre qui lamblera pendu etc.» (335v) ; « Ce [mecel (?)] est de la chappelle fondee à l'austel saint Louys de Marceillez [...] en l'esglise de Paris que tient à present messire Denis Chardon [...] »

Calendrier f. 2v : Au 1er février : Obit de Galeran :



Au f. 5, fête de saint Germain : 31 juillet, en marge, obit de Petronille (= Pernelle de Pontoise), épouse de Galeran :
Pernelle de Pontoise, femme de Galeran : 






Les Miracles de saint Spire (Exupère) font état de la guérison de Petronille : « La femme d’un nommé Gallereau (sic), concierge des sales du palais de Paris, paralytique depuis sept ans, fut guérie par le voeu qu’elle fit à Dieu & à S. Spire » (Les vies et miracles de st Spire (st Exupère) et st Leu (ou s. Loup), Jean-François Beaupied, Paris, 1735 ; édit. 1708, p. 34)

1306, vendredi après la fête de Notre Dame (9 septembre). Donation par Philippe, roi de France, à Galeran le Breton de 40 £ de rente annuelle sur le pressoir de Saint-Etienne des Grés, sur 22 arpents de vigne et sur 13 muids de vin sur les Mureaux proche Notre-Dame des Champs.

1312, mercredi avant Noël. Donation par Galeran le breton de 20 £ tournois de rente annuelle à prendre sur le Trésor royal le jour de l’Ascension.

1312 : Permission à Galeran le Breton, échanson du roi, pour le salut des âmes du roi, de ses aïeux et de feüe la reine Jeanne, d’acquérir jusqu’à 8 £ par. de rente, sans aucune justice, dans les censives, royales ou non, de Paris ou ailleurs, pour augmenter la dotation de la chapelle qu’il a fondé dans la cathédrale de Paris, avec amortissement pour le desservant de cette chapelle.

1317, janvier. Lettre de Philippe le Long (roi du 19 novembre 1316 au 3 janvier 1322) par laquelle il donne au chapelain de la chapellenie fondée par Galeran le Breton une maison ....

Fondation à la Sainte Chapelle :

1318, janvier (n. s.). A la prière de Galeran le Breton, concierge du palais royal de Paris et jadis échanson de Philippe le Bel (5 octobre 1285 au 29 novembre 1314) et de Louis le Hutin (29 novembre 1314 au 5 juin 1316), don (avec amortissement) au chapelain de la chapellenie (Saint-Michel et Saint-Louis, au côté droit de la nef) fondée par ledit Galeran dans la Sainte-Chapelle de Paris, de la maison sise au-dessous de la cuisine de bouche du roi, à l’intérieur de la clôture du palais, pour servir d’habitation audit chapelain.

1322 : Enquête menée pour l’annulation du mariage de Charles IV avec Blanche de Bourgogne, (AN L 682, n° 1 et 2). Les témoins 3 et 4, Galeran le Breton et Pernelle de Pontoise, sont âgés tous les deux de 70 ans, donc nés vers 1252.

1323, 7 janvier. Extrait du testament dans lequel Galeran le Breton et sa femme ont fondé 3 messes par semaine en la chapelle Saint-Louis, pour lesquels ils ont assigné à la dite chapelle 24 £ de rente annuelle et se sont réservés la collation et à défaut elle appartiendra au roi. 2 notaires dont le Breton Yves de la Cour (« Yvo de curia »), du diocèse de Saint-Pol-de-Léon ; Yves de Kerlouan (Yvo de Villalouan), alors desservant de la chapellenie. Présents : Yves de Bonneval, procureur du roi (voir notre étude à venir dans le Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, avec Jean Kerhervé) ;  Girard, neveu de Galeran (Girardo nepote dni Galeranni) (Paris, AN,  L 535, n° 22)*. [* Les trois YVES sont des Léonards : peut-on supposer que Galeran est du "Pays de Léon" ?)]


Seing manuel du notaire Yves de la Cour

Philippe le Bel, roi du 5 octobre 1285 au 29 novembre 1314
Louis le Hutin, roi du 29 novembre 1314 au 5 juin 1316
Jean Ier « le Posthume », roi du 15 novembre 1316 au 19 novembre 1316
Philippe le Long, roi du 19 novembre 1316 au 3 janvier 1322
Charles IV « le Bel », roi du 3 janvier 1322 au 1er février 1328

lundi 19 janvier 2015

Enluminures en grisaille

La grisaille est une peinture ton sur ton, en camaïeu utilisant plusieurs niveaux de gris, du blanc au noir. Apparue dans les fresques de Giotto au début du XIVe siècle, cette technique s'applique à la peinture, à la miniature et au vitrail... (L'art de la grisaille d'après Pierre Cockshaw et Lieve Watteeuw)


Paris, BnF, Lat. 1183
Livre d'heures à l'usage de Paris 


Numérisé sur Gallica

Paris, Arsenal 5187
« Croniques compillées par Jehan Froissart, contenant les guerres et les occasions d'icelles qui durerent longuement entre le roy de France Phelipe et le roy Edouart d'Angleterre et plusieurs aultres leurs successeurs »


  Numérisé sur Gallica

Paris, Lat. 1171
Horae ad usum romanum


Numérisé sur Gallica

Lille, BM, 392, f. 2
Christine de Pizan, Espitre Othea

gris_l.jpg


Vie de sainte Catherine
Paris, BnF, fr. 6449, f. 5 (Jean Miélot remettant son oeuvre à Philippe le Bon), vers 1457


dimanche 18 janvier 2015

Les "Coutumes de Bretagne" des Toulbodou


cout.jpg

On trouvera dans La très ancienne coutume de Bretagne de Marcel Planiol, la description de 26 manuscrits complets (XIV-XVe siècles) de la Coutume de Bretagne, auquel on peut ajouter trois autres présentés par P. Fournier, dans l’Histoire littéraire de la France, XXXVI, 1927, p. 577-584. Cf. Alain Raison du Cleuziou, « Un manuscrit inconnu de la Très ancienne Coutume de Bretagne et son premier possesseur François de Ploesquellec », dans Bulletins de la Société d’Émulation des Côtes-du-Nord, LV, 1923, p. 63-77.
Parmi les manuscrits de la Coutume il y aurait lieu de signaler les deux exemplaires ayant appartenu aux seigneurs de Toulbodou (d’or, semé de feuilles de houx de sinople), famille possessionée à Plougasnou (anc. diocèse de Tréguier) et à Guéméné (anc. diocèse de Vannes), qui tire son nom d’une seigneurie en Locmalo (Morbihan).
Sur le dernier feuillet du manuscrit Paris, BnF, Fr. 14398, on peut lire cette note :

« Cestes coustumes, constitutions, statuz, editz, establissementz et deffanses sont et appartiennent à Pierres de Toulbadou, à qui Dieu doint joye et lyesce. Amen. Et sont escriptes par Yves le Borngne ou moys de septembre l’an mil cccc cinquante quatre. Et pour ce tu autem miserere nostri. Deo gracias. Amen. – Cestes coustumes furent achatées de Mador Dilland, bideau et biblioteque de la universe cité de Nantes, par Jehan Robin, demorant à la Fousse dudit lieu, le sebmadi onzième jour de mars l’an mil iiijc seixante ouict ». Plus bas, « Gacien Robin » ; après la Coutume, « Cestes coustumes sont a Pierre de Toulbadou // A qui Dieu doint // Ce qu’il n’a point ! ».

Le manuscrit Paris, Arsenal, 2570 a, quant à lui, appartenu à Guillaume de Toulbodou. Au f. 1 : « Consuetudines Britanniœ per Guillielmum de Toulbadou » ; au f. 118v : « In mense junii anno doi millesimo quat. cento XXX° vii° », puis au f. 139v : « Pour servir à mon maistre le sieur de Querduel, seneschal de Guemenee ».

Guillaume de Toulbodou avait épousé Catherine de Kerampuil. Il recevra en 1494, « le manoir de Castel Govello pour toute prétention es successions du dit Pierre » de Kerampuil et de Marguerite de Renquier père et mère des dits Pierre second et de la dite Catherine » Revue Historique de l’Ouest, 1896, p. 100. Un des membres de la famille de Toulbodou, Jean, « lequel seigneur, par la singulière dévocion que celui (ci) disoit avoir de faire et édiffier une chapelle en l'honneur de Dieu et de Madame saintte Barbe, en ung lieu et place de la terre domaine dudit seigneur, sis en une montaigne nômée Rohau-maréh-bran, en la paroësse du Faouët », reste dévotement associé à la construction de cette très pittoresque chapelle, actée le 6 juillet 1489, suite au vœu qu’il fit après un terrible orage auquel il échappa « miraculeusement ».


mercredi 7 janvier 2015

7 janvier 2015


Aujourd'hui : CONTRE l'intolérance et TOUS les TERRORISMES (intellectuel, politique, militaire) mais POUR l'homme ...

mercredi 10 décembre 2014

Sur une branche peu connue des Coëtivy installée en Languedoc (XVe-XVIe s.)


Les précieuses recherches de Chassin du Guerny dans les archives du Gard m’ont permis de retrouver les traces d’une branche de l’influente famille bretonne de Coëtivy en Languedoc, plus précisément à Chusclan et Bagnols-sur-Cèze, dans le Païs de Saint-Esprit. L’origine de cette implantation tient évidemment à la notoriété du « cardinal d’Avignon », Alain de Coëtivy (1407-1474), « homme d'un grand génie, d'un esprit assuré et puissant ». Nous ne rentrerons pas ici dans les détails de sa biographie ni de ses nombreux bénéfices. Simplement, sa présence dans cette région, fit venir à sa suite toute une « familia » bretonne assez importante.


Alain de Coëtivy au Folgoët

Il semble bien qu’un des neveux du cardinal, nommé Paul de Coëtivy (+ avant 1477), attesté à Pont-Saint-Esprit, épousa une Piolenc (Jeanne), famille très ancienne du Languedoc.
De ce couple naquirent aux moins 5 enfants :
=> Olivier de Coëtivy
=> Catherine de Coëtivy épousa Pierre de Chaynet, un noble marchand de Bagnols
=> Alicette de Coëtivy, se maria à Georges Fages, seigneur de Gicon
=> Louise de Coëtivy épousa Antoine Destables, seigneur de Chusclan
=> Peregrin de Coëtivy, archidiacre d’Uzès (protonotaire apostolique, vicaire général d'Amanée d'Albret, cardinal diacre du titre de Saint-Nicolas in carcere Tulliano)
Nous retrouvons plus tard, en 1569, une Anne de Coëtivy « femme de feu Aymar Biordon » (Nîmes)

Ci-dessous les actes les plus significatifs des archives du Gard sur cette branche des Coëtivy :
=> 19 septembre 1477. Transaction entre les tuteur et curateur des enfants de feu noble Paul de Coetivy et Jean Bonet hôte de Pt-St Esprit. 2E 14, 38.

=> 30 avril 1486. Reconnaissance de dot pour noble Olivier de Coetivy, de Pt St-Esprit, par noble Alaycette, sa soeur, femme de noble Georges Fages, sgr de Jocon et Cadenet. - Autre par noble Pierre de Chaynet, bourgeois de Bagnols, mari de Catherine de Coetivy. 2E 14, 44.

=> 29 janvier 1492. Contrat de mariage de noble Pierre de Chaynet, bourgeois de Bagnols, et noble Catherine de Coetivy, fille de feu noble Paul de Coetivy, ht St-Esprit dotée par son frère Olivier de Coetivy. Acte du château de Chusclan. 2E 14, 44.

=> 27 octobre 1495. Testament de noble Antoine d'Estable, seigneur de Chusclan et autres lieux. légats à ses cousins nobles Pierre Cordier, licencié en lois et noble Louise Sardie son épouse - à noble Louise de Coetivy, son épouse. 2E 15, 32.

=> 10 juin 1505. Testament de noble Catherine de Coetivy femme de noble Pierre de Chaynet habitante de Bagnols, à sa fille Antoinette 50 florins sur les 100 florins qui lui sont dus par noble Olivier de Coetivy - A Mre Pelegrin de Coetivy son frère pronotaire au St Siege - à noble Aleycette sa soeur femme de noble Georges de Fages - héritires nobles Philippe, Jean et Pierre ses fils - Executeur : Antoine d'Estables sgr de Chusclan et Jean Portalis. 2E 15, 41.

=> 21 aout 1510. Testament de noble Pierre de Chaynet de Bagnols. à son fils Philippe prêtre - à son fils Pierre - à sa fille Antoinette - a noble Aloycette de Coetivy femme de noble Georges Fages, de Chusclan, et Louise de Coetivy dlle de Chusclan - héritier : autre fils Jean. 2E 15, 43.

=> 11 aout 1511. Testament de Pierre de Cheynet, marchand de la ville de Bagnols. legat à son fils noble Pierre - à autre fils noble Philippe, prêtre - à sa fille Antoinette 100 écus et deux robes comme fut assignée à feue noble Catherine de Coetivy sa mère - à révérend père en Dieu Pélegrin de Coetivy, protonotaire du st siege apostolique frère de ladite feue Catherine et aussi a noble Louise de Coetivy femme de noble Antoine des Estables, vivant sgr de Chusclan, et à Alasacie de Coetivy femme de noble Georges Fagès, soeurs de sa feue femme- héritier son fils noble Jean de Chaynet. 2E 14, 130 ; 2E 15, 88.

=> 17 aout 1535. Testament de demoiselle Louise de Coetivy, veuve de noble Antoine des Estables, sgr de Chusclan - légat à Mre Pierre de Chaynet son neveu prieur de St Agricol - a dlle Loyse de Chaynet, sa nièce, 10 livres - à Mr Jacques de Fages dr et avocat, sgr de Chusclan, son neveu - fait donation en l'église de Chusclan - héritière : dlle Alix de Coetivy, sa soeur veuve de noble Georges de Fages, sgr de Gicon - acte dans la chambre du château de Chusclan. 2E 14, 136 ; 2E 14, 130.

Nous reviendrons bien entendu par la suite sur plusieurs de ces personnages, notamment sur le protonotaire Peregrin de Coëtivy,


Le château de Gicon à Chusclan

- page 1 de 103