Le manuscrit médiéval ~ The Medieval Manuscript

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 2 juillet 2015

I N C I P I T



Ce blog, dédié au maître Léopold Delisle (1826-1910), et à l'érudit François Duine, clericus dolensis (1870-1924) est exclusivement (ou presque !) consacré au manuscrit médiéval, jusqu'à ses rapports avec les premiers incunables. Toutes informations sur le sujet seront appréciées. N'hésitez pas à publier vos commentaires et à soumettre vos avis.
This blog is dedicated to the great manuscript scholar Léopold Delisle (1826-1910), and to François Duine, clericus dolensis (1870-1924), and (almost exclusively!) to medieval manuscripts, up to and including their relationships with early printing.
All contributions to this subject are welcomed, as well as any additional commentary or opinions.
Jean-Luc Deuffic
Contact : pecia29@orange.fr /// Site web // Academia.edu

[ Illustration : Cambrai BM, 620 . © Institut de recherche et d'histoire des textes - CNRS

L A   R E V U E  /  T H E    J O U R N A L
The New website of the journal PECIA : LE LIVRE ET L'ECRIT [link] - Edition : Brepols Publishers (Turnhout)
DERNIERS VOLUMES PARUS
Pecia. Le livre et l'écrit, 7 (2009) 2010 : Notes de bibliologie. Livres d’heures et manuscrits du Moyen Âge identifiés (XIVe-XVIe s.)
Pecia. Le livre et l'écrit, 13 (2010) 2011 : Du scriptorium à l'atelier. Copistes et enlumineurs dans la conception du livre manuscrit au Moyen Age
Pecia. Le livre et l'écrit, 14 (2011) 2012 : Texte, liturgie et mémoire dans l'Église du Moyen Âge
Pecia. Le livre et l'écrit, 15 (2012) 2014 : « Qu'il mecte ma povre ame en céleste lumière ». Les funérailles d’une reine: Anne de Bretagne (1514). Textes, images et manuscrits




JEAN-LUC DEUFFIC
Inventaire des livres liturgiques de Bretagne. Livres d’heures, de piété, de dévotion et ouvrages associés antérieurs à 1790.
Manuscrits et imprimés (français, latin, breton)
ISBN 978-2-7466-6731-0.
CDROM. Fichiers pdf. Recherche par mot. Index des titres et des manuscrits. Index des noms de saints.
Environ 1600 pages – 1800 notices de livres et de manuscrits
PRESENTATION - RECENSION - COMMANDE >>>>>>>>>>>
[ LIEN / LINK ]


dimanche 28 juin 2015

Les Heures de Tritan Du Perier et d'Isabeau de Montauban (Rennes, Bibliothèque Métropole, ms 1834)


Le roi de France Louis XI fit à maintes reprises éloge du puissant amiral breton Jean de Montauban (1412-1466), fils de Guillaume de Montauban et de Marguerite de La Roche-Bernard, dame héritière de Faugaret :

il n'y a seigneur en France, ne nostre frere, ne autre, ou ung filz, si nous l'avions, que n'y eussions voulentiers envoyé pour vous faire tout l'onneur qui nous est ou monde possible, toutesvoies, pour ce que ledit admiral nous a servy en nostre neccessité, et que avons en lui toute fiance ...


 
C’est de lui que l’histoire manuscrite attribuée à Amelgard, un prêtre de Liège, chroniqueur, parle en ces termes:

Joannes dominus de Monte Albano natione Brito erat vir inexplicabilis avaritiæ sine fide pietate et justitiâ pecuniâ congerendi et congregandi incre dibili flagrans ardore ...

Personnage emblématique, nous savons qu'il aimait les livres, pour preuve la commande qu'il fit en 1464 d'un exemplaire d'oeuvres d'Aristote :

A maistre Estienne de Balerme, escripvain, pour ung livre des Estiques, Politiquez et Yconomiques, que il escripvit à Carentan pour mondict seigneur [Jean de Montauban], et le lui rendi prest, par marchié fait avequez ledict escripvain par mondict seigneur par le prix et some de xxxv escus ; lequel escripvain bailla et délivra ledict livre tout prest a mondict seigneur en la presence de Amaury de Plumaugat, Loys de la Pallu, maistre Guillaume de Cerisay et aultrez, et commanda à ce present viconte [de Carentan] paier ledict escripvain de ladicte somme de xxxv escus, valient lu 1. x s. t.

Par ailleurs, Robert du Val, un théologien normand qui fut chanoine de Chartres (A), lui dédia (entre 1461 et 1466) une traduction des Synonyma d'Isidore de Séville (Paris, BnF, Fr. 2424) composée à sa demande: 

Donc vostre noblesse qui desire en soy et en ses subjetz avoir bonnes meurs m’a commandé a translater ce livre de latin en françois qui en soy contient bonne discipline, car il introduit l’omme qui pour ses pechés et les miseres de ce monde lamente jusques au desespoir, et Raison qui le conforte et remet en esperance. Aprés, luy baille enseignemens par lezquelz il se gardera de renchoir, evitera les temptacions et concupiscences et gardera la voie de bien vivre par laquelle ira a souveraine joie.
...
Cy est la fin dez synonymes de Ysidore translaté au bon desire de tresnoble et excellent seigneur monseigneur de Montauban, amiral de France, par maistre Robert du Val, natif de Rouen

Pareillement, deux livres d'heures commandités par Jean de Montauban ont été identifiés, dont le sien propre à la Bibliothèque nationale de France (Paris, BnF, Lat. 18026). Nous consacrerons cette présente notice au second (Rennes, Bibliothèque Métropole, ms 1834) qui fut recomposé avec un calendrier adapté et offert probablement à sa soeur, Isabeau de Montauban lors de son mariage, en février 1436, avec Tritan (1) Du Perier, comte de Quintin.
Copié à l'identique sur son modèle parisien, quelques bordures et enluminures sont restées inachevées.
Si le corps du livre d'heures porte toujours les armes de Jean de Montauban, de gueules à neuf macles d’or, au lambel à quatre pendants d’argent, le calendrier a reçu quelques inscriptions relatives au nouveau couple, et Tritan Du Perier a fait apposer sur plusieurs folios (67v, 68v, esquisse au f. 77v) ses propres armes (aux 2 et 4, d'argent au chef de gueules, qui est Avaugour / Quintin, aux 2 et 3, d'azur à 5 billettes d'or (Du Perier)  :

18034_inscrip.jpg




Le calendrier (f. 1- 12v) de ce livre d'heures est breton et plutôt briochain : Guillermi briocen[sis] ep[iscop]i (10 janvier) ; Gildas, abbé (29 janvier) ; Guennolé, abbé (3 mars) ; Paterne (16 avril); Corentin (2 mai); Tugdual, évêque (6 juin), Mériadec, évêque (9 juin); Méen (21 juin); Jacut, abbé (5 juillet), ; Turiau, évêque (13 juillet), ; Samson, évêque (28 juillet), ; Guillaume (de Saint-Brieuc), évêque (29 juillet), ; Armel, ermite (16 août); Melaine (11 octobre); Martin de Vertou (24 octobre); Ives (29 ocotbre); Gobrien (3 novembre); Melaine (6 novembre); Malo (15 novembre); Corentin (12 décembre). A noter les deux fêtes de saint Corentin.

Tritan Du Perier était fils de Geffroy Du Perier, comte de Quintin, seigneur du Perier, de la Roche-Dire et du Plessis-Balisson, et d’Isabeau de La Motte, fille unique et héritière de Louis de La Motte, seigneur de Bossac, Kerdavi et de Sourdéac, et de Marguerite Auger. Pour services rendus au duc, c'est en 1451, que la seigneurie de Quintin est érigée par Pierre II en grande baronnie de Bretagne, du nombre des neuf qui donnaient droit de préséance à l'assemblée des Etats et, plus tard, de présider l'ordre de la noblesse (Dom Morice, Preuves, col. 1562-1563). Tritan fit reconstruire vers 1468 l'enceinte murale de sa ville de Quintin et rebâtit en entier, sur un plan plus large, son château. Il assista au serment prêté à Louis XII, roi de France, par les barons, à ses ambassadeurs, en 1477, fut témoin au ban de la baronnie d'Avaugour, fait par le duc de Bretagne à son fils naturel en 1480, et fut excusé de ne pas s'être trouvé au Parlement tenu à Rennes en 1482, étant alors à "Saint Jacques". Il fut exécuteur testamentaire de Jean de Montauban, son beau-frère, en 1476; donna quittance au seigneur de Montauban, son beau-père, le 14 avril 1448, d'une somme de 5000 livres, faisant partie de la dot de sa femme; fut caution de Jean de Rieux, auprès du duc de Bretagne, en 1476, et parut à la montre de la noblesse de l'archidiaconé de Dinan, le 24 juin 1481. Il mourut le 24 décembre 1482. Son gisant, élevé jadis dans l’ancienne collégiale de Quintin, se trouve aujourd'hui à Cohiniac (Côtes d’Armor), au château de Rumain .

tombe_du_perrier.jpg
Source

Par son testament daté du 2 mars 1482, Tritan du Perier fondait deux nouveaux chapelains dans sa collégiale de Quintin, ce qui portait à dix le nombre des chanoines qui la desservaient. Christophe de Penmarc'h, évêque de Saint-Brieuc, confirma le 28 octobre 1505, le testament de Tritan sur la demande d'Isabeau de Montauban sa veuve (Saint-Brieuc, ACDA, 1G 268).

Tritan Du Perier fut probablement en relation avec Jean de Derval (1430 ca–1482, décédé la même année que lui) (2), entre autres pour un échange de livre. Un exemplaire du « Livre de Tulle, de vieillesse », une traduction du de Senectute par Laurent de Premierfait (Paris, BnF, Fr. 1187), porte en effet cette note au f. 91v:

Monsieur du Porer , je vous pry me prestez votre livre du débât de chiens et douaisiaulx (3) ; je vous envoye cestuy livre de Tulle, ainsi que votre gentilhomme m'a demandé. Escryt de la main Jehan de Derval.

Fr_1187_inscription.jpg

D'après divers comptes de la seigneurie du Perier rendus à hault et puissant Tritan du Perier, conte de Quintin, sires du Perier, notamment d'après celui de 1460-1461, on voit que Tritan et son aïeul étaient alors en très bons termes. Le vieux Jean habitait le château du Perrier (à Kermoroc'h), où Tritan allait souvent le visiter avec belle compagnie et prenait un soin particulier d'entretenir sa garde-robe, comme le prouvent les articles suivants :

Pour la mise et despense d'un voiage que Monsr [Tritan du Perier] et Mademoiselle [sa femme Isabeau de Montauban] et aussi Monsr de Rieulx firent au Perier au mois d'octobre l'an LX (1460), poya ledit recepveur (du Perier) xi l. xviii s. vi d.
Charles Le Gay, joueur d'ogres (orgues), pour avoir esté jouer au Perier quant Monsr de Rieulx fut, poya led. recepveur, par mandement de Monsr, ung quartier froment.
En gibier et pour le drap d'une robe pour Monsr l'ancien [le vieux Jean du Perier] et d'une cornette, avecques panne pour ladicte robbe, par mandement de Monsr [Tritan du Perier] du xxie jour de janvier l'an LX (1461 n. s.), xii l. iiii s. ix d.

Mémoires de Société archéologique et historique des Côtes-du-Nord, t. III, 1889, p. 279.

Notes
(A) La Bibliothèque Bodléienne d'Oxford conserve son exemplaire du "Roman de la rose" (Rawlinson C 537). Au verso de la première feuille de garde : "Ce livre est a maistre Robert du Val, prestre, bachelier en theologie, natif de Rouen".
(1) La forme "Tritan" est donnée par les documents de l'époque. De même pour Tritan de la Lande, chambellan et grant maistre d'ostel du duc, Tritan de Quenecquan, etc.
(2) Sur Jean de Derval voir l'ouvrage récent de Michel Mauger : Aristocratie et mécénat en Bretagne au XVe siècle. Jean de Derval, seigneur de Châteaugiron, bâtisseur et bibliophile 
(3) Gace de la Buigne composa (1359 x 1377) le Roman des Deduis, vaste poème où est inséré (vers 5235-12174) un procès entre Déduit de chiens et Déduit d’oiseaux, le tout probablement influencé des Livres du roy Modus et de la royne Ratio. Edition Ake Blomqvist, Karlshamm, 1951 (Studia romanica Holmiensia, 3).

Manuscrit 1834 de la Bibliothèque de Rennes Métropole numérisé sur les Tablettes Rennaises
Manuscrit Fr.1187 de la Bibliothèque nationale de France numérisé sur Gallica

Frédéric Duval : Les traductions françaises d’Isidore de Séville au Moyen Âge, CMRH.
Diane E. Booton, Manuscripts, Market and the Transition to Print in Late Medieval Brittany, Ashgate, 2010, p. 58-63.
René Chassin du Guerny, Études historiques sur l'organisation de la seigneurie de Quintin, Rennes, 1905.
Chartrier du château de Quintin : Saint-Brieuc, ADCA, 114 J 1-58.
Première illustration : signature de Jean de Montauban, 30 novembre 1465 (Paris, AN, K 70, n° 30)

Manuscrit 1834 de la BM de Rennes : Livre d’heures à l’usage de Saint-Brieuc. Bretagne, vers 1430/1440. Parchemin. 129 f. 208 x 150 mm (90 x 60 mm). Réglure en brun clair. 15 longues lignes. Reliure en maroquin rouge, avec large encadrement de filets et fine roulette feuillagée sur les plats, du début du XIXe s. Enluminé par un peintre proche du maître des Heures de Rohan et du maître des Heures de Marguerite d'Orléans, nommé à présent le maître des Heures de Jean de Montauban, auteur des vingt premières grandes miniatures du manuscrit ; les autres, du même style, semblent avoir été exécutées par une main différente. Bibliothèque Marcel Jeanson (1885-1942) : Neuilly sur Seine : mercredi 10 Octobre 2001, lot n° 2. Etude : Claude Aguttes; Expert : Emmanuel de Broglie, Cabinet Revel (Paris).

lundi 22 juin 2015

Un voyage dans le temps : les heures d'Isabeau de Pontbriand (Rennes, BM, ms. 1277)


(c) Bibliothèque Rennes Metropole

Exécutées vers 1430, les Heures d'Isabeau de Pontbriand (+ 1449) nous offre un parcours assez exceptionnel dans le temps jusqu'à la première moitié du XIXe s., époque de son dernier possesseur connu, l'avocat Jacques-Marie Carron de La Carrière (+ mort à Rennes le 26 novembre 1839, âgé de 86 ans).
Le manuscrit 1277 de la Bibliothèque de Rennes Métropole est l'oeuvre probable d'un artiste local, dont Eberhard König a souligné le "charme très particulier" des miniatures. L'usage liturgique des ces heures étant celui de Saint-Malo on peut imaginer l'enlumineur issu de l'ancienne cité portuaire très prospère au Moyen Âge, mais rien d'assuré sur ce point. Ce que l'on sait avec certitude c'est qu'il fut possédé (et peut-être exécuté spécialement pour elle) par Isabeau de Pontbriand dont le nom est inscrit en lettres d'or en bout-de-lignes des litanies (f. 61v-62), d'une façon très originale :

Cez matinez sont [a] Ysabel du Pont briend,
qui les trouvera si les range sans les gardez longuement
et il ara sans faille
une bonne trouvaille
d’un pot de vin
ou de servaise
et sera a bien
lieu bien aise.

Au f. 140 une nouvelle note précise qu'Isabeau donna le livre d'heures à son fils Olivier de Villarmoye (ou Villermaye) qui lui même le transmis à sa nièce Jacquette Berthelot :

Ces heures furent a dame Isabeau
de Pontbriand dame de Beaulieu
en son temps et les donna Olivier
de Villarmoye son fils a Jacquecte Berthelot sa
niepce.
Ces heures appartiennent a Jacquecte
Berthelot fille de Jehan Berthelot et
Marguerite Jehanne Turpin quelle Jacquecte
fut née le vign et cincqme jour
de septembre 1489.

Jacquette Berthelot épousa Jean de Carcaing. Aussi les premières pages du manuscrit portent, entre 1510 et 1530, les baptêmes des 11 enfants du couple sur le modèle suivant :

Le cinquiesme jour d'aougst lan mil cinq cens dix fut batizé Janne Decarcaing fille de Jean Decarcaing et de damoiselle Jacquette Berthelot sa femme sieur et dame du Chastelet et la Mesnardiere et fut parain noble homme Jan de La Sercelle ? sieur de ... et furent maraines Louyse Le Senechal dame de La Rouerye et Janne du Pontavice.

A sa mort, Jacquette Berthelot transmet le livre d'heures à sa petite fille Françoise de Carcaing, née en 1559, enfant de Gilles de Carcaing (né en 1519/1520), lequel épousa en 1543 Julienne de Horlande (née en 1524). Au reste, ces derniers ont noté aussi entre 1543 et 1566 les baptêmes de leurs 16 enfants.


(c) Bibliothèque Rennes Métropole

A son lit de mort, Françoise de Carcaing fait don du livre d'heures à sa soeur aînée Guillemette de Carcaing (née en 1547) qui épousa en 1574 Guillaume de Languedoc. Les plats de la reliure du manuscrit porte son nom, avec des fers représentant la Crucifixion et l'Annonciation:

reliure_complete.jpg

Et ladicte Guillemette de Carcaing a donné les / presantes heures a son filz Geffroy de Languedoc a son deceix qui fu la mardy 13e jour de febvrier 1624 environ onze heures du soir.

Et ledit Geffroy de Languedoc les ayant laissées par son decez a damoiselle Janne Pihier son espouse elle les a données a Gilles de Languedoc son fils priez Dieu pour eux ». (d’une autre main) « et Gilles de Languedoc les a données a Janne de Languedoc sa fille espouse de Me Bain procureur du Roy de police.

Apres la mort de ladite de Languedoc ces heures passèrent entre les mains de Gilles-Joseph Bain, sr de Bonabry, son fils, né à Rennes le 8 juillet 1698 qui y epousa en 17[blanc] Anne-Jeanne Regnaud; et après la mort dudit Gilles-Joseph Bain arrivée le [blanc] les mêmes heures appartinrent à Guy-Jean-Joseph Bain, son fils, né à Rennes, paroisse de Toussaint le 3 decembre 1730, mort à Chateaubriand le 17 mai 1797, il avoit épousé le [blanc] decembre 1767 paroissse d'Izé près Vitré Catherine Thuillier morte au dit Chateaubriand le 22 decembre 1773.

Le dit Guy-Jean-Joseph Bain donna les dites heures en 1794 à Jacques-Marie Carron son neveu à la mode de Bretagne, comme fils d'Hélène-Perrine Leloué, cousine germaine dudit Bain, laquelle Leloué étoit fille d'Anne-Jeanne Bain, soeur dudit Gilles-Joseph Bain cidessus et femme de Vincent Yves Leloué. Priez Dieu pour leurs ames.

On peut ainsi suivre avec une certaine émotion le parcours et l'histoire de ce livre d'heures sur près de 4 siècles, des années 1430, lorsqu'il appartenait à Isabeau de Pontbriand, jusqu'au décès, le 26 novembre 1839 à Rennes, de l'avocat (historien) Jacques-Marie Carron de la Carrière.

Manuscrit numérisé sur les Tablettes Rennaises

Acquis en 1985 à la vente Sotheby's du 26 novembre, lot 128.
Nous préparons une édition complète des annotations de ce livre d'heures, et une étude sur l'histoire des différents possesseurs.

Biblio :

"Nobiliaire de Bretagne dressé en 1788 par Carron", dans Le cabinet historique, t. XII, 1866, p. 88-94, 118-120, 171-173, 206-212. Paul Parfouru, « Inventaire des archives de la paroisse Saint-Sauveur de rennes par Gilles de Languedoc, 1720 », dans Mémoires de la Société Archéologique d'Ille-et-Vilaine, t. XXVIII, 1899, p. 205-284. Gauthier AUBERT, « Gilles de Languedoc (1640-1731) bourgeois de Rennes, greffier de la Communauté de ville et son Recueil historique », dans Bulletin et Mémoires de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine, t. CII, 1999, p. 225-246 (renvoi à son mémoire de maîtrise de 1993). Trésors des bibliothèques de Bretagne : exposition, Pontivy, 1989, n° 23. Manuscrits à peintures, XIIIe-XVe siècles : exposition, espace Ouest-France, Rennes, 18 septembre-18 octobre 1992, p. 43-45.

vendredi 19 juin 2015

La BRETAGNE dans "Le livre de la description des pays", de Gilles Le Bouvier (1451/1452)



bretagne_3.jpg

Source : Bibliothèque nationale de France, Français 5873 

Recueil de voyages et de documents pour servir à l'histoire de la géographie depuis le XIIIe jusqu'à la fin du XVIe siècle

mercredi 17 juin 2015

La généalogie des Sanzay et Vincent de Penmarc'h

Avec le concours de l’Etat, La Médiathèque centrale d’agglomération Pierre-Moinot de Niort a pu en avril 2012 faire entrer dans ses collections un précieux manuscrit à peintures, Généalogie de la Maison de Sanzay en Poitou (Paris, mars 1569), enluminé sur vélin de 27 f. non chiffrés mesurant 364 x 272 mm.

On trouvera une excellente description de ce recueil sur le site du Catalogue collectif des médiathèques de la Communauté d'Agglomération du Niortais.
Un des exemplaires de cette généalogie, l’exemplaire « Valette », qui aurait appartenu à René III le jeune, comte de Groix, serait passé à son fils Anne de Sanzay (1), marié sans postérité à Marie de Tromelin, veuve du baron de Penmarch. Selon M. Surget, le document serait ainsi resté en possession des enfants de son premier lit, à commencer par Vincent de Penmarch comme l’indique un ex-libris manuscrit de la fin du XVIe siècle (plutôt XVIIe) au verso du folio 24 : « Ce présant livre appartient a hault et puissant Messire Vincent de Penmarch, seigneur et Baron dudict lieu ».


Cliquer pour agrandir.

Mais peut-être cet exemplaire vient-il directement de Jeanne de Sanzay, fille de René, qui épousa le 8 août 1599, Saint-Frégant (Finistère), René, baron de Penmarc'h (1584-1632), dont Vincent de Penmarc'h :

Vincent, septième baron de Penmarc'h, naquit en 1611 et succéda en janvier 1638 à son frère René. Il était déjà chevalier de l'ordre du Roi, lorsqu'il épousa, le 7 août suivant, Anne Gillette Rivoalen, fille du seigneur de Mesléan et de Marguerite Barbier de Kerjean. Il en eut : 1° Anne-Louise-Gabrielle, qui épousa François du Poulpry, 2° Françoise-Gabrielle, qui épousa Louis du Louët. 3° Enfin Vincent-Gabriel, qui devait lui succéder. Comme ses deux prédécesseurs, Vincent semble avoir mené une existence de propriétaire terrien, partageant, échangeant, vendant ses biens ou s'occupant de l'établissement de ses enfants. En dehors des aveux, des baux ou des quittances, nous ne trouvons en effet que des actes d'état-civil : naissance et baptême des enfants, testament de Jeanne de Sansay (qui lègue son corps à Plouigneau, en Tréguier et son cœur à l'église de Saint-Frégant), mariage de ses sœurs et frères, ou des pièces relatives à ses droits féodaux : droit de menée (pourtant en désuétude), foires et marchés de Goulven. C'est également lui qui fit couler la cloche du château qui devait n'être refondue qu'au XIXe siècle par l'abbé Le Poulzot. Il mourut le 10 mars 1666 et fut inhumé à Saint-Frégant. (L. Farcy, "Les seigneurs de Penmarc’h en Saint-Frégant", dans Bulletin de la Société archéologique du Finistère, LVII, 1930, p. 76-77).


Blason de Jean de Sanzay


Devise de la maison de Sanzay

Note
(1) La Magnanne. Pilleur de la Cornouaille pendant les Guerres de la Ligue.
Penmarc’h (de) - Réformation de la noblesse (1669) en ligne sur Tudchentil
Armoiries et sceaux des Penmarch (B. Yeurch)
Généalogie par Missirien (H. Torchet)


Parties anciennes du château des Penmarc'h à Saint-Frégant (Finistère)

jeudi 28 mai 2015

Publication : IMAGENS E LITURGIA NA IDADE MÉDIA



Parution au 30 mai 2015 :

"IMAGENS E LITURGIA NA IDADE MÉDIA" - Coord. Carla Varela Fernandes. Imagens e Liturgia na Idade Média. Lisboa: Secretariado Nacional para os Bens Culturais da Igreja, 2015. Col. Bens Culturais da Igreja, Nº 4.

Apresentação
Carla Varela Fernandes
Uma colecção de escultura para uma arquitectura perdida: o núcleo altimedieval de Sines
Paulo Almeida Fernandes
Gesto, imagen y liturgia: las representaciones de dolor y lamento en la escultura funeraria portuguesa (siglos XII-XIV)
Alícia Miguélez Cavero
El Apóstol está presente: la estatua de Santiago y sus peregrinos en el siglo XIII
Manuel Castiñeiras González
Uma imagem de S. Bartolomeu do MNAA: questões em torno da estética, iconografia e importância do culto nos anos do Românico
Carla Varela Fernandes e Mário Jorge Barroca
L’iconographie du travail et la culture de l’alimentation: élaborations figuratives dans la production enluminée liturgique de Émilie-Romagne au XIIe siècle
Maria Alessandra Bilotta
Questões em torno dos Ordinários do Oficio Divino de Alcobaça
Catarina Fernandes Barreira
L’image monumentale et le texte: remarques sur la mécanique épigraphique à la fin du Moyen Âge
Jean-Marie Guillouët
A nova museografia da escultura portuguesa no Museu Nacional de Arte Antiga
Maria João Vilhena de Carvalho e Anísio Franco

Site de présentation

- page 1 de 106