Le manuscrit médiéval ~ The Medieval Manuscript

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 22 juin 2015

Un voyage dans le temps : les heures d'Isabeau de Pontbriand (Rennes, BM, ms. 1277)


(c) Bibliothèque Rennes Metropole

Exécutées vers 1430, les Heures d'Isabeau de Pontbriand (+ 1449) nous offre un parcours assez exceptionnel dans le temps jusqu'à la première moitié du XIXe s., époque de son dernier possesseur connu, l'avocat Jacques-Marie Carron de La Carrière (+ mort à Rennes le 26 novembre 1839, âgé de 86 ans).
Le manuscrit 1277 de la Bibliothèque de Rennes Métropole est l'oeuvre probable d'un artiste local, dont Eberhard König a souligné le "charme très particulier" des miniatures. L'usage liturgique des ces heures étant celui de Saint-Malo on peut imaginer l'enlumineur issu de l'ancienne cité portuaire très prospère au Moyen Âge, mais rien d'assuré sur ce point. Ce que l'on sait avec certitude c'est qu'il fut possédé (et peut-être exécuté spécialement pour elle) par Isabeau de Pontbriand dont le nom est inscrit en lettres d'or en bout-de-lignes des litanies (f. 61v-62), d'une façon très originale :

Cez matinez sont [a] Ysabel du Pont briend,
qui les trouvera si les range sans les gardez longuement
et il ara sans faille
une bonne trouvaille
d’un pot de vin
ou de servaise
et sera a bien
lieu bien aise.

Au f. 140 une nouvelle note précise qu'Isabeau donna le livre d'heures à son fils Olivier de Villarmoye (ou Villermaye) qui lui même le transmis à sa nièce Jacquette Berthelot :

Ces heures furent a dame Isabeau
de Pontbriand dame de Beaulieu
en son temps et les donna Olivier
de Villarmoye son fils a Jacquecte Berthelot sa
niepce.
Ces heures appartiennent a Jacquecte
Berthelot fille de Jehan Berthelot et
Marguerite Jehanne Turpin quelle Jacquecte
fut née le vign et cincqme jour
de septembre 1489.

Jacquette Berthelot épousa Jean de Carcaing. Aussi les premières pages du manuscrit portent, entre 1510 et 1530, les baptêmes des 11 enfants du couple sur le modèle suivant :

Le cinquiesme jour d'aougst lan mil cinq cens dix fut batizé Janne Decarcaing fille de Jean Decarcaing et de damoiselle Jacquette Berthelot sa femme sieur et dame du Chastelet et la Mesnardiere et fut parain noble homme Jan de La Sercelle ? sieur de ... et furent maraines Louyse Le Senechal dame de La Rouerye et Janne du Pontavice.

A sa mort, Jacquette Berthelot transmet le livre d'heures à sa petite fille Françoise de Carcaing, née en 1559, enfant de Gilles de Carcaing (né en 1519/1520), lequel épousa en 1543 Julienne de Horlande (née en 1524). Au reste, ces derniers ont noté aussi entre 1543 et 1566 les baptêmes de leurs 16 enfants.


(c) Bibliothèque Rennes Métropole

A son lit de mort, Françoise de Carcaing fait don du livre d'heures à sa soeur aînée Guillemette de Carcaing (née en 1547) qui épousa en 1574 Guillaume de Languedoc. Les plats de la reliure du manuscrit porte son nom, avec des fers représentant la Crucifixion et l'Annonciation:

reliure_complete.jpg

Et ladicte Guillemette de Carcaing a donné les / presantes heures a son filz Geffroy de Languedoc a son deceix qui fu la mardy 13e jour de febvrier 1624 environ onze heures du soir.

Et ledit Geffroy de Languedoc les ayant laissées par son decez a damoiselle Janne Pihier son espouse elle les a données a Gilles de Languedoc son fils priez Dieu pour eux ». (d’une autre main) « et Gilles de Languedoc les a données a Janne de Languedoc sa fille espouse de Me Bain procureur du Roy de police.

Apres la mort de ladite de Languedoc ces heures passèrent entre les mains de Gilles-Joseph Bain, sr de Bonabry, son fils, né à Rennes le 8 juillet 1698 qui y epousa en 17[blanc] Anne-Jeanne Regnaud; et après la mort dudit Gilles-Joseph Bain arrivée le [blanc] les mêmes heures appartinrent à Guy-Jean-Joseph Bain, son fils, né à Rennes, paroisse de Toussaint le 3 decembre 1730, mort à Chateaubriand le 17 mai 1797, il avoit épousé le [blanc] decembre 1767 paroissse d'Izé près Vitré Catherine Thuillier morte au dit Chateaubriand le 22 decembre 1773.

Le dit Guy-Jean-Joseph Bain donna les dites heures en 1794 à Jacques-Marie Carron son neveu à la mode de Bretagne, comme fils d'Hélène-Perrine Leloué, cousine germaine dudit Bain, laquelle Leloué étoit fille d'Anne-Jeanne Bain, soeur dudit Gilles-Joseph Bain cidessus et femme de Vincent Yves Leloué. Priez Dieu pour leurs ames.

On peut ainsi suivre avec une certaine émotion le parcours et l'histoire de ce livre d'heures sur près de 4 siècles, des années 1430, lorsqu'il appartenait à Isabeau de Pontbriand, jusqu'au décès, le 26 novembre 1839 à Rennes, de l'avocat (historien) Jacques-Marie Carron de la Carrière.

Manuscrit numérisé sur les Tablettes Rennaises

Acquis en 1985 à la vente Sotheby's du 26 novembre, lot 128.
Nous préparons une édition complète des annotations de ce livre d'heures, et une étude sur l'histoire des différents possesseurs.

Biblio :

"Nobiliaire de Bretagne dressé en 1788 par Carron", dans Le cabinet historique, t. XII, 1866, p. 88-94, 118-120, 171-173, 206-212. Paul Parfouru, « Inventaire des archives de la paroisse Saint-Sauveur de rennes par Gilles de Languedoc, 1720 », dans Mémoires de la Société Archéologique d'Ille-et-Vilaine, t. XXVIII, 1899, p. 205-284. Gauthier AUBERT, « Gilles de Languedoc (1640-1731) bourgeois de Rennes, greffier de la Communauté de ville et son Recueil historique », dans Bulletin et Mémoires de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine, t. CII, 1999, p. 225-246 (renvoi à son mémoire de maîtrise de 1993). Trésors des bibliothèques de Bretagne : exposition, Pontivy, 1989, n° 23. Manuscrits à peintures, XIIIe-XVe siècles : exposition, espace Ouest-France, Rennes, 18 septembre-18 octobre 1992, p. 43-45.

mardi 4 novembre 2014

NANTES, Musée Dobrée, ms. 9 : les Heures de Charlotte de Miray



© Nantes, Musée Dobrée. BVMM (IRHT)

Parmi les beaux manuscrits du Musée Dobrée de Nantes figure un Livre d'heures du XVe siècle qui nous a laissé les marques d'un ancien possesseur, en l'occurrence les naissances de deux de ses enfants survenues en 1606 et 1610 :

Auiourduy dizehuitiesme de septambre // 1606 a neuf heure du matin est nay // Claude Dargier filz de Louis Dargier et // de Charlote de Miray ses pere et mere // et ses parins Madelon de Miray // grand oncle et Claude De Miray son // oncle et maresne Anne de Cheuvrier a // esté batizé ce mesme jour an leglize // de Vilantroys par messire Pierre Glenet // curé dudit Vilantroys.
Le lundy // huictiesme iour // de nouembre 1610 // a esté bas né // Charle Dargy // & à esté bap // tizé en leglise // de Villentrois & a pour // parrain Charles de Baillou // escuyer sieur des Coignées // & damoiselle Gabrielle de Miray // pour marresne // Lambinet abbé.

Le premier folio de notre Livre d'heures porte en effet cette note barrée :

Je suis a Charlotte // de Miray.



Le 14 juin 1605, Charlotte de Miray épousa Louis d'Argier, deuxième du nom, de la branche de la Ridelière (Histoire de Berry, Gaspard Thaumas de La Thaumassière, ‎Paris, 1689, p. 1132). Le couple eut trois enfants :
1) Claude, né le 18 septembre 1606, comme nous l'apprend ce manuscrit, fut marié le lundi 4 septembre 1628 à Marie de Martin. Il décéda le 26 mai 1662 à Villentrois.
2) Charles, né le 8 novembre 1610, écuyer seigneur de la Combaudière, épousa le 21 juillet 1637 Anne Françoise de Boutillon.
3) Christophe. Au f. 25v du manuscrit du Musée Dobrée on peut lire : Ce iourduy est nay. La suite, non complétée, devait certainement concerner ce Christophe.


© Nantes, Musée Dobrée. BVMM (IRHT)

La famille d'Argier portait d’argent, à trois tourteaux de gueules, deux en chef et un en pointe. Jean d'Argier a formé la branche de la Ridelière à Villentrois (Indre).

Nous avons utilisé la généalogie en ligne d'Evelyne Dubois sur Genenaet. De même voir le blog.
Description précise du manuscrit dans le catalogue du Musée Dobrée de l'abbé G. Durville.
Photos sur le site BVMM de l'IRHT.


dimanche 23 février 2014

Des Heures ... et des Heures ...


Je ne sais si il y a une saison pour les Livres d'heures mais plusieurs de ces précieux manuscrits font partie de ventes prochaines ...

¶ Toulouse - Primardeco - 28 février 2014
Lot 25 : Livre d'heures. vélin ; 65 x 75 mm), 164 f. 11 lignes. 12 miniatures pleine page.
f. 1-12. Calendrier : st Remi (1er oct.), st Donatien (14 oct.) et st Nicaise (14 déc.) = usage de Reims ?
Heures de la croix et du Saint Esprit (f. 14 - 17) - Office de la Vierge (f. 19 - 36) - Heures de la vierge : Mâtines (f. 38 - 54), Laudes (f. 56 - 73), Prime (f. 75 - 80), Tierce (f. 82 - 86), Sexte (f. 88 - 92), None (f. 94 - 98), Vêpres (f. 100 - 108), Complies (f. 110 - 114) - Psaumes de la pénitence et litanies des saints (f. 119 - 139) - Office des morts (f. 141 - 164).
Miniatures toutes au verso, en regard des Incipit. / f. 13 : Le Christ au mont des Oliviers / f. 18 : La Vierge à l'Enfant / f. 37 : L'Annonciation / f. 55 : Le baiser de Judas / f. 74 : Le Jugement du Christ / f. 81 : Jésus portant la croix / f. 87 : La flagellation / f. 93 : La Crucifixion / f. 99 : La Descente de croix / f. 109 : La Mise au tombeau / f. 115 : L'Ascension / f. 140 : L'Office des morts
Description sur la Gazette Drouot - sur le site Primardeco -



¶ Angoulême – R. Juge et V.-G. Tasset, 4 rue Guy Ragnaud – Samedi 8 mars à 9h30
1) Livre d'heures à l'usage de Paris. 180 f. 161 x 114 mm. 16 lignes. 13 gdes miniatures, 4 petites. Ex-Libris : Madame Van Huerne de Puyenbeke ; Jules Capron.
2) Livre d’heures à l’usage de Rome (calendrier à l'usage de Clermont?). Vers 1500. 95 f. 26 lignes. 13 gdes miniatures, Calendrier : st Bonnet le 15 janvier (Boniti Episcopi), st Genesius (Genesi Episcopi) le 3 juin êveque de Clermont, st Allyre ou Illidius (Illidi Episcopi) le 5 juin, st Gall 1er évêque de Clermont le 1er juillet. Ex-Libris manuscrit « J’appartiens à François Estourneau à la Flèche avocat au présidial » ; Jules Capron.
On trouvera une description complète et détaillée de ces deux Livres d'heures sur le site du libraire-expert Philippe Mesnard d'Angoulême, dont on peut souligner la qualité des présentations : http://comptoirdulivreancienetmoderne.wordpress.com/

0000000000000000000000000_ang.jpg

mercredi 5 février 2014

Livre d'heures des comtes d’Oultremont (Hesbaye près de Liège)


Sarl MAY ASSOCIES : vente du lundi 17 février à 14h30 à Roubaix :

108- Heures dédiées à la Vierge. XVe s. 175 x 120 x 25 mm. 94 f. sur vélin. 20 lignes par page (justification 95 x 60 mm), réglure à l’encre rouge. Reliure de velours brun époque, dos et plats richement décorés d’un motif brodé en fils d’argent (filets, arabesques, entrelacs et croix), tranches dorées. Le manuscrit débute par un calendrier de 12 feuillets, le premier feuillet est décoré d’un riche encadrement enluminé, les 11 autres d’un ensemble de 56 miniatures enluminées (bandeaux à motifs floraux, signes du zodiaque, etc). Pour chaque mois une miniature illustrant les occupations pastorales ou agricoles de saison. Le manuscrit est illustré de 12 grandes miniatures à pleine page encadrées dans de riches bandeaux sur fond or dans une profusion de monstres, de fleurs et d’oiseaux. Les deux dernières ont un encadrement à colonnes. Chaque page est illustrée d’une bordure florale. Une note manuscrite indique que le manuscrit a appartenu à la famille des comtes d’Oultremont (en Hesbaye près de Liège).

00000000000000000000_aliege.jpg

0000000000000000000000_al_rel.jpg

0000000000000000000000_alical.jpg
Calendrier, mois de mai : en rouge saint Yves, saint Donatien



Warnant-Dreye, le château d'Oultremont et sa chapelle

00000000000000000000000_armes_d_outr.jpg

Warnant-Dreye, pierre sculptée ornée du blason des comtes d'Oultremont - Chapelle castrale du château-ferme.
Sur la famille d'Outremont [wikipédia]

Description du manuscrit : Catalogue en ligne

mercredi 29 janvier 2014

Heures de la famille Gascoing (Nevers)


Vente du 7 février 2014 : SADDE Guilhem - 13 rue Paul Cabet - 21000 Dijon
Livre d heures XVe siècle (vers 1450-1480). - [Horae betae virginis ad usum ecclesiae...].- Manuscrit sur vélin (162 x 110 mm.) ; veau brun estampé sur ais, traces de fermoirs. (Reliure de l époque). Manuscrit orné de nombreuses initiales sur fond bleu et/ou rouge à partir du f. [6] ; bouts-de-lignes de mêmes couleurs ; bordures trois cotés : f [58v] ; f. [140] avec déchirure ; f. [145] ; f. [147v] ; petites peintures : f. [58v] découpée ; f. [145] : Jésus devant Caiphe ; f. [147v] : Jésus porte sa croix. Le manuscrit est incomplet du début et de la fin. Provenances diverses avec plusieurs ex-libris manuscrits : f. [71v] : ex-libris Morizot ; f. [121] : ex-libris Morizot (XVIIIe siècle) qui appartient à présent à moy G(...)bert et Marie Pinet, etc. Famille GASCOING (de Nevers) [de1559 à 1773].



Sur les Gascoing de Nevers voir la Revue nobiliaire historique et biographique, t. 4, 1868, p. 69. [en ligne]

Source : Interenchères

jeudi 3 octobre 2013

Heures à l'usage du Mans de Jehan de Chahanay


La maison Primardeco de Toulouse propose à sa vente du jeudi 24 octobre, lot 63, un Livre d'heures à l'usage du Mans (?) :
Voici la description donnée par le catalogue en ligne:
Manuscrit sur vélin. 92 f. 155 x 225 (80 x 110) mm. 24 lignes. Littera textualis formata. Paris, vers 1460-1465. Reliure anglaise du XVIIIe s. maroquin rouge plats ornés d’un décor de cadres, losanges et rinceaux dorés, dos long orné de fleurons dorés, mosaïqué de listels de maroquin vert, tranches dorées, doublure de tabis bleu.
Décoration : 10 grandes miniatures, décorées en marge, attribuées au Maître de L’Échevinage de Rouen.
Calendrier latin (f. 1-12v), très peu fourni. "Il note les figures essentielles de l'histoire de l'Eglise catholique anglaise et celles de la région Maine et Anjou, jusqu'à Poitiers". Le 13/I, S. Hilaire évêque de Poitiers – le 16/II, S. Julien martyr du Mans – le 26/II Translation des reliques de S. Augustin – le 1/III, S. Aubin évêque d’Angers – le 7/III, S. Thomas d’Aquin – le 30/IV, S. Eutrope, évêque de Saintes – le 21/V, S. Benedict abbé – le 7/VII, translation des reliques de S. Thomas Becket – le 5/IX, S. Taurin évêque d’Évreux – le 23/X, S. Romain évêque de Rouen – le 29/XII assassinat de S. Thomas Becket.
[Pour ma part je pense que ce calendrier est plutôt normand : la Translation de saint Thomas est caractéristique de certains calendriers de Lisieux, Bayeux, Coutances, Rouen, et ne se rencontre pas dans les livres de Poitiers ni du Mans ni d'Anjou (Cf. Calendoscope)]
f. 13-42 : Heures à l’usage du Mans. Les Heures de la Croix et du Saint-Esprit sont incomplètes. La miniature de la Crucifixion manque ; f. 43-54 : Psaumes de la pénitence suivis des litanies avec S. Maurice évêque d’Angers, S. Hilaire évêque de Poitiers, S. Julien évêque du Mans, S. Romain, Sainte Radegonde ; f. 55-73v : Office des Morts à l’usage de Rouen ; f. 74-75v : Ad dominum cum tribulare ; f. 76-82v : Péricopes évangéliques ; f. 83-84v : Obsecro te (forme masculine)  ; f. 85-86 : Stabat mater  ; f. 86v-89v : Suffrages des Saints Jean-Baptiste, Nicolas, Pierre, Laurent, Eustache, Augustin et Marie-Madeleine ; f. 90-92 : Prière en français.





Miniatures : F. 13 : Annonciation ; f. 19 : La Visitation ; f. 24v : La Pentecôte  ; f. 25v : La Nativité ; f. 29v : L’Annonce aux bergers ; f. 31v : L’Adoration des Mages : Le costume de Gaspar est celui du règne de Charles VII et il porte au genou le ruban de l’Ordre de la Jarretière, ordre chevaleresque créé par Edouard III d’Angleterre en 1348 qui fournit sa devise au royaume britannique : Honny soit qui mal y pense. Il s’agit très probablement du portrait du commanditaire.  
f. 34 : La présentation au Temple
f. 39 : Le couronnement de la Vierge ; f. 43 : Le roi David ; f. 55 : L’Office des morts.
Provenance : Livre de raison des Chahanay
Le second propriétaire de ce manuscrit est Jehan de Chahanay, seigneur de Chéronne (1), [petit-fils de Hervé de Chahanay, sénéchal du Maine de 1486 à 1492, chambellan du Roi] chevalier de l'Ordre du roi, ou Ordre de Saint-Michel, fondé par Louis XI en 1469, dont le dernier feuillet du manuscrit donne un extrait du livre de raison (mariage de « Jehan de Chahanay et Roze de Tévalles le XXe de febvrier mil cinq cent soixante et cinq » et naissance de « Francoyze de Chahanay le 19 janvier 1566 ») (2). Les Chahanay sont une très ancienne famille du Maine (act. Sarthe), ce qui confirme l'usage du Mans. Par ailleurs, la ville du Mans, berceau des Plantagenêt, indique comme possible commanditaire Georges Plantagenêt, troisième fils de Richard Plantagenêt et de Cécile Neville, fait duc de Clarence en 1461 et reçu chevalier de l'Ordre de la Jarretière la même année. En 1469 il épouse Isabelle Neville à Calais. Personnage célèbre dans l'histoire d'Angleterre au moment de la guerre des Deux Roses entre les Lancastre et les York (voir Shakespeare, Richard III), il rejoint le camp du roi déposé Henri VI, soutenu par son beau-père Richard Neville et s'exile en France. Il meurt à 27 ans, après son emprisonnement dans la Tour de Londres, noyé dans une barrique de malvoisie.
Autres provenances : – Xavery Gull. Ex-libris manuscrit sur le f. de garde de la reliure. Bibliothèque Jean Hersent.
 
Bibliographie :
François Avril et Nicole Reynaud. Les manuscrits à peinture en France 1440-1520. Claudia Rabel. Les enluminures du Louvre. Moyen Age et Renaissance. Cat. Exposition, Louvre 2011. Livres d'Heures de Basse-Normandie. Caen, 1985. Maruice Caillet, Les richesses de la Bibliothèque municipale de Toulouse, 1960.

Notes :
(1)  
Protestation faite, devant notaire, par l'abbé de Saint-Vincent [du Mans], René Lelarge, contre l'inhumation, dans le chancel de l'église de Tuffé, de la feue dame de Chéronnes, mère de messire Jean de Chahannay, chevalier de l'Ordre du Roi, seigneur dudit Chéronnes, au mépris des droits des abbés et religieux de Saint-Vincent, patrons-fondateurs de ladite église, « ce que ledit abbé n'oseroit contredire et reffuser pour l'authorité dudit sieur de Chéronnes, homme craint et doubté audit lieu de Tuffé, où y a prieuré conventuel dépendant de ladite abbaye Saint-Vincent, et plusieurs religieux d'icelle envoyez par obédience pour y desservir ; aussy, à l'occasion des troubles et émotions de guerres qui ont esté et sont de présent, où il s'est veu et voit ordinairement plusieurs vindictes et oppressions exercées par les gens de guerre, au plat pays, à l'appétit et induction de ceux qui sont constituez en quelque authorité, à l'encontre de ceux qui leur ont contredit et n'ont obtempéré à leur volonté. » (1585) (Archives départementales de la Sarthe H 126)
(2) Voir le mariage de son fils aîné, Charles, le 26 septembre 1599 : « Messire Charles de Chahanay Sr de Cherome escuyer de la grande escurye du Roy et jentillomme (gentilhomme) ordinaire de sa majesté fils aisné de hault et puissant seigneur messire Jehan de Chahanay chevalier de l’ordre du roy, époussa en la chappelle de Vernée haulte et puissante dame Jacqueline de Bueil dame de Chambellé veuve de deffunct messire François de Montallays en son vivant seigneur de Chambellé » (site de Odile HALBERT)
Sur la famille de Chahannay, voir la base ROGLO

PRIMARDECO 14, rue du Rempart Saint Etienne 31000 Toulouse
SOURCE = Catalogue de vente

- page 1 de 11