Le manuscrit médiéval ~ The Medieval Manuscript

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 5 avril 2017

Jacques Le Blanc, sieur de La Vignolle (1610-1684), et son livre d'heures et de raison


La galerie Les Enluminures, une des "places fortes" actuelles du manuscrit médiéval, dirigée de main de maître par Sandra Hindman, présente en ce moment un livre d'heures à l'usage d'Angers assez remarquable, tant par son contenu que par sa provenance. Il fut, en effet, en possession de l'historien de Laval Jacques Le Blanc (1610-1684) (A), fils d'Olivier, sieur de Champagné, licencié en droit, qui l'utilisa comme livre de raison.

Pour les Bretons, Laval c'est presque (déjà) la Bretagne !! du moins elle en est une des portes principales. Au reste, un des plus grands historiens bretons, Pierre Le Baud (+ 1505), fut chantre et doyen de la collégiale de Saint-Tugal de Laval, église dédiée à TUGDUAL, un des sept saints fondateurs de la Bretagne dont elle conservait jalousement de précieuses reliques. Cette collégiale succédait à une chapelle castrale, gouvernée à la fin du XIIe siècle, sous Guy de Laval, par deux clercs bretons nommés Guyomard et Ruello...
Au reste, nous devons à notre historien lavallois Jacques Le Blanc plusieurs lettres, contenant des documents historiques sur la Bretagne, et plus particulièrement sur les maisons de Rohan et de Laval, dont il donne l’origine et la généalogie, adressées pour la plupart à M. Gaignard, et à M. de Courtillaux (Paris, BnF, Fr. 22313, p. 15-27). 

Mais revenons à notre sujet...  

Le livre d'heures à l'usage d'Angers (80 f. 173 / 178 x 122 / 127 mm.), du 3e tiers du XVe siècle, que propose la Galerie Les Enluminures, porte une première inscription, impliquant un possesseur antérieur à Jacques Le Blanc :

Ces presentes heures apartiennent a Magelaine Angier.

Madeleine Angier était l'épouse du notaire royal Pierre Razeau (1656-1665). Institué par les chapelains du Gué-de-Maulny le 10 mars 1650 (AD Sarthe, G 671, f° LXXXII ; AD Mayenne, B 48); confirmé le 24 mars 1664, il obtient de nouvelles provisions le 25 mai de la même année et est reçu au siège des exempts le 7 juin (AD Mayenne, B 48, f° 22v°). Il figure au nombre des quatre notaires royaux « réservés » pour la résidence de Laval par l'état du 19 septembre 1665 (AD Mayenne, B 51, f° 83v°, et Bibl. mun. Laval, vol. 12129, pièce 30). Il résigne le 22 octobre 1669 en faveur de Julien Pottier.    
Aux f° 78/79, commencent les notes personnelles de Jacques Le Blanc retraçant le parcours du livre d'heures:

Moy Jacques Le Blanc ancien advocat nasquit lonze juin 1610 marié en avril 1630 / avec Renée Moraine / espousé en may, en juin plaide ma premiere cause au bareau de Laval //  le 27 may 1677 ay et fait doyen des advocats
I- Pierre Razeau, notaire royal mari de Magdeleine Angier
II- Adnecte Razeau femme de Jacques Nepveu (1) 
III- Renée Nepveu femme de Pierre Guyllot
IV- Adnecte Guyllot femme de Mathurin Bigot sieur de la Roche en...
V- Claude Bigot femme de maistre Ollivier Le Blanc advocat a Laval sr de Champagné
VI- Jacques Le Blanc advocat sr de la Vignolle mari de Renée Moraine
VII- Jean Le Blanc sr de la Noerie et Marguerite Choquet ont eu Jacques et Marie le Blanc aux quels je laisse les presentes heures comme ma mere Claude Bigot me les a laissées le jourdhuy 27 may 1677....

f° 80 : 

Le 15 octobre 1664, Francois Le Blanc mon filz aisné du 2. lict (2) a pris possession d'une prebende a St Thugal de Laval que mons. le duc de La Tremoille*, sr de Thouars, comte de Laval, ma donner pour ...

D'autres notes intéressent la famille Le Blanc et alliées. Le livre d'heures passa par la suite entre les mains d'Ambroise-François Hardy de Lévaré (° 20 juillet 1749), apparenté à l'ancien maire de Laval, qui y inscrit sa généalogie depuis ?? (difficile à lire sur photo) Hardy X Jeanne de La Bellangerie (3).

Une autre particularité de ce livre d'heures est la présence exceptionnelle de nombreux badges de pèlerinage collés à l'intérieur par son premier possesseur (saint Eustache/ Hubert, saint Maurice, sainte Vierge, saint Mathurin)

Photo Galerie Les Enluminures

Notes
(A) Jacques Le Blanc de la Vignolle est né le 11 juin 1610. Dès 1630 il exerce comme avocat à Laval. Marié avec Renée Moraine, dont il aura 5 enfants, et devenu veuf avant 1660, il se remarie avec Adnette Lasnier († 15 novembre 1670), qui lui donnera 3 enfants. Sa situation de fortune n'était guère brillante car, s'il avait acheté le lieu des Guettes (Argentré), il fut obligé de vendre aux Dominicains celui de la Vignolle (Montflours) dont il portait le nom. S'il conserva le lieu patrimonial de Champagné, il en recevait d'avance le fermage qu'un de ses gendres lui payait par acomptes après avoir garni la ferme de bétail. Sa clientèle pourtant dut être nombreuse, car il avait l'estime générale de ses concitoyens, qui le députèrent avec François Hennier vers le duc de la Trémoille, chef des frondeurs dans l'ouest, en 1649, quand le marquis de la Boulaye entra au Mans avec les 4 régiments qu'il commandait. Les députés furent envoyés par le duc à Rennes auprès de sa femme, mais la paix, signée dès le mois d'avril, vint heureusement délivrer les Lavallois de leurs hésitations entre le roi et le seigneur. Sénéchal, comme son père, de petits fiefs seigneuriaux (Moulin-Geslin et Marcheru), élu en l'élection de Laval en 1650, échevin en 1658, Le Blanc de la Vignolle devint syndic et doyen des avocats en 1677. Il mourut le 18 septembre 1684 et fut inhumé le lendemain dans l'église de la Trinité, sa paroisse. On a donné quelquefois pour armes à Jacques Le Blanc de la Vignolle une vigne, mais une de ses lettres, cachetée d'un petit sceau, porte sur l'écu : deux oiseaux affrontés en chef, un lion (?) en pointe (source).
(1) Messire Jacques François Nepveu chevalier seigneur de Rouillon capitaine commandant au régiment de Penthièvre Dragons héritier de messire Pierre Jacques René Nepveu chevalier seigneur de Rouillon en son vivant conseiller du Roi lieutenant criminel en la Sénéchaussée du Mans lequel était fils de messire Pierre Nepveu écuyer aussi lieutenant criminel audit siège fils lui même de Daniel Nepveu écuyer sieur des Étrichés prévôt provincial du Maine qui était fils de Jacques Nepveu écuyer sieur des Isles lieutenant général au comté de Laval reconnaît que ledit Jacques Nepveu son trisaïeul par son testament du 19 mai 1622 à légué à ladite fabrique une rente de 10 livres affectée sur tous ses biens et promet de continuer à la servir 1784 (ADS G 885). 
(2) Jacques Le Blanc épousa en premières noces  Adenette Lasnier de la Houssaye, née en 1617.
(3) Voir le fonds Hardy de Lévaré aux ADM, 14J 42-51.
* Henri III de la Trémoïlle, (22 décembre 1598, Thouars - 21 janvier 1674, Thouars), fils de Claude de la Trémoille. Il est duc de Thouars, duc de La Trémoille, prince de Talmont et de Tarente, comte de Laval (Mayenne), de Montfort, de Taillebourg et de Benon, et baron de Quintin.

Description du livre d'heures sur le site de la Galerie Les Enluminures [ lien ]
Galerie LES ENLUMINURES

lundi 22 juin 2015

Un voyage dans le temps : les heures d'Isabeau de Pontbriand (Rennes, BM, ms. 1277)


(c) Bibliothèque Rennes Metropole

Exécutées vers 1430, les Heures d'Isabeau de Pontbriand (+ 1449) nous offre un parcours assez exceptionnel dans le temps jusqu'à la première moitié du XIXe s., époque de son dernier possesseur connu, l'avocat Jacques-Marie Carron de La Carrière (+ mort à Rennes le 26 novembre 1839, âgé de 86 ans).
Le manuscrit 1277 de la Bibliothèque de Rennes Métropole est l'oeuvre probable d'un artiste local, dont Eberhard König a souligné le "charme très particulier" des miniatures. L'usage liturgique des ces heures étant celui de Saint-Malo on peut imaginer l'enlumineur issu de l'ancienne cité portuaire très prospère au Moyen Âge, mais rien d'assuré sur ce point. Ce que l'on sait avec certitude c'est qu'il fut possédé (et peut-être exécuté spécialement pour elle) par Isabeau de Pontbriand dont le nom est inscrit en lettres d'or en bout-de-lignes des litanies (f. 61v-62), d'une façon très originale :

Cez matinez sont [a] Ysabel du Pont briend,
qui les trouvera si les range sans les gardez longuement
et il ara sans faille
une bonne trouvaille
d’un pot de vin
ou de servaise
et sera a bien
lieu bien aise.

Au f. 140 une nouvelle note précise qu'Isabeau donna le livre d'heures à son fils Olivier de Villarmoye (ou Villermaye) qui lui même le transmis à sa nièce Jacquette Berthelot :

Ces heures furent a dame Isabeau
de Pontbriand dame de Beaulieu
en son temps et les donna Olivier
de Villarmoye son fils a Jacquecte Berthelot sa
niepce.
Ces heures appartiennent a Jacquecte
Berthelot fille de Jehan Berthelot et
Marguerite Jehanne Turpin quelle Jacquecte
fut née le vign et cincqme jour
de septembre 1489.

Jacquette Berthelot épousa Jean de Carcaing. Aussi les premières pages du manuscrit portent, entre 1510 et 1530, les baptêmes des 11 enfants du couple sur le modèle suivant :

Le cinquiesme jour d'aougst lan mil cinq cens dix fut batizé Janne Decarcaing fille de Jean Decarcaing et de damoiselle Jacquette Berthelot sa femme sieur et dame du Chastelet et la Mesnardiere et fut parain noble homme Jan de La Sercelle ? sieur de ... et furent maraines Louyse Le Senechal dame de La Rouerye et Janne du Pontavice.

A sa mort, Jacquette Berthelot transmet le livre d'heures à sa petite fille Françoise de Carcaing, née en 1559, enfant de Gilles de Carcaing (né en 1519/1520), lequel épousa en 1543 Julienne de Horlande (née en 1524). Au reste, ces derniers ont noté aussi entre 1543 et 1566 les baptêmes de leurs 16 enfants.


(c) Bibliothèque Rennes Métropole

A son lit de mort, Françoise de Carcaing fait don du livre d'heures à sa soeur aînée Guillemette de Carcaing (née en 1547) qui épousa en 1574 Guillaume de Languedoc. Les plats de la reliure du manuscrit porte son nom, avec des fers représentant la Crucifixion et l'Annonciation:

reliure_complete.jpg

Et ladicte Guillemette de Carcaing a donné les / presantes heures a son filz Geffroy de Languedoc a son deceix qui fu la mardy 13e jour de febvrier 1624 environ onze heures du soir.

Et ledit Geffroy de Languedoc les ayant laissées par son decez a damoiselle Janne Pihier son espouse elle les a données a Gilles de Languedoc son fils priez Dieu pour eux ». (d’une autre main) « et Gilles de Languedoc les a données a Janne de Languedoc sa fille espouse de Me Bain procureur du Roy de police.

Apres la mort de ladite de Languedoc ces heures passèrent entre les mains de Gilles-Joseph Bain, sr de Bonabry, son fils, né à Rennes le 8 juillet 1698 qui y epousa en 17[blanc] Anne-Jeanne Regnaud; et après la mort dudit Gilles-Joseph Bain arrivée le [blanc] les mêmes heures appartinrent à Guy-Jean-Joseph Bain, son fils, né à Rennes, paroisse de Toussaint le 3 decembre 1730, mort à Chateaubriand le 17 mai 1797, il avoit épousé le [blanc] decembre 1767 paroissse d'Izé près Vitré Catherine Thuillier morte au dit Chateaubriand le 22 decembre 1773.

Le dit Guy-Jean-Joseph Bain donna les dites heures en 1794 à Jacques-Marie Carron son neveu à la mode de Bretagne, comme fils d'Hélène-Perrine Leloué, cousine germaine dudit Bain, laquelle Leloué étoit fille d'Anne-Jeanne Bain, soeur dudit Gilles-Joseph Bain cidessus et femme de Vincent Yves Leloué. Priez Dieu pour leurs ames.

On peut ainsi suivre avec une certaine émotion le parcours et l'histoire de ce livre d'heures sur près de 4 siècles, des années 1430, lorsqu'il appartenait à Isabeau de Pontbriand, jusqu'au décès, le 26 novembre 1839 à Rennes, de l'avocat (historien) Jacques-Marie Carron de la Carrière.

Manuscrit numérisé sur les Tablettes Rennaises

Acquis en 1985 à la vente Sotheby's du 26 novembre, lot 128.
Nous préparons une édition complète des annotations de ce livre d'heures, et une étude sur l'histoire des différents possesseurs.

Biblio :

"Nobiliaire de Bretagne dressé en 1788 par Carron", dans Le cabinet historique, t. XII, 1866, p. 88-94, 118-120, 171-173, 206-212. Paul Parfouru, « Inventaire des archives de la paroisse Saint-Sauveur de rennes par Gilles de Languedoc, 1720 », dans Mémoires de la Société Archéologique d'Ille-et-Vilaine, t. XXVIII, 1899, p. 205-284. Gauthier AUBERT, « Gilles de Languedoc (1640-1731) bourgeois de Rennes, greffier de la Communauté de ville et son Recueil historique », dans Bulletin et Mémoires de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine, t. CII, 1999, p. 225-246 (renvoi à son mémoire de maîtrise de 1993). Trésors des bibliothèques de Bretagne : exposition, Pontivy, 1989, n° 23. Manuscrits à peintures, XIIIe-XVe siècles : exposition, espace Ouest-France, Rennes, 18 septembre-18 octobre 1992, p. 43-45.

mardi 4 novembre 2014

NANTES, Musée Dobrée, ms. 9 : les Heures de Charlotte de Miray



© Nantes, Musée Dobrée. BVMM (IRHT)

Parmi les beaux manuscrits du Musée Dobrée de Nantes figure un Livre d'heures du XVe siècle qui nous a laissé les marques d'un ancien possesseur, en l'occurrence les naissances de deux de ses enfants survenues en 1606 et 1610 :

Auiourduy dizehuitiesme de septambre // 1606 a neuf heure du matin est nay // Claude Dargier filz de Louis Dargier et // de Charlote de Miray ses pere et mere // et ses parins Madelon de Miray // grand oncle et Claude De Miray son // oncle et maresne Anne de Cheuvrier a // esté batizé ce mesme jour an leglize // de Vilantroys par messire Pierre Glenet // curé dudit Vilantroys.
Le lundy // huictiesme iour // de nouembre 1610 // a esté bas né // Charle Dargy // & à esté bap // tizé en leglise // de Villentrois & a pour // parrain Charles de Baillou // escuyer sieur des Coignées // & damoiselle Gabrielle de Miray // pour marresne // Lambinet abbé.

Le premier folio de notre Livre d'heures porte en effet cette note barrée :

Je suis a Charlotte // de Miray.



Le 14 juin 1605, Charlotte de Miray épousa Louis d'Argier, deuxième du nom, de la branche de la Ridelière (Histoire de Berry, Gaspard Thaumas de La Thaumassière, ‎Paris, 1689, p. 1132). Le couple eut trois enfants :
1) Claude, né le 18 septembre 1606, comme nous l'apprend ce manuscrit, fut marié le lundi 4 septembre 1628 à Marie de Martin. Il décéda le 26 mai 1662 à Villentrois.
2) Charles, né le 8 novembre 1610, écuyer seigneur de la Combaudière, épousa le 21 juillet 1637 Anne Françoise de Boutillon.
3) Christophe. Au f. 25v du manuscrit du Musée Dobrée on peut lire : Ce iourduy est nay. La suite, non complétée, devait certainement concerner ce Christophe.


© Nantes, Musée Dobrée. BVMM (IRHT)

La famille d'Argier portait d’argent, à trois tourteaux de gueules, deux en chef et un en pointe. Jean d'Argier a formé la branche de la Ridelière à Villentrois (Indre).

Nous avons utilisé la généalogie en ligne d'Evelyne Dubois sur Genenaet. De même voir le blog.
Description précise du manuscrit dans le catalogue du Musée Dobrée de l'abbé G. Durville.
Photos sur le site BVMM de l'IRHT.


dimanche 23 février 2014

Des Heures ... et des Heures ...


Je ne sais si il y a une saison pour les Livres d'heures mais plusieurs de ces précieux manuscrits font partie de ventes prochaines ...

¶ Toulouse - Primardeco - 28 février 2014
Lot 25 : Livre d'heures. vélin ; 65 x 75 mm), 164 f. 11 lignes. 12 miniatures pleine page.
f. 1-12. Calendrier : st Remi (1er oct.), st Donatien (14 oct.) et st Nicaise (14 déc.) = usage de Reims ?
Heures de la croix et du Saint Esprit (f. 14 - 17) - Office de la Vierge (f. 19 - 36) - Heures de la vierge : Mâtines (f. 38 - 54), Laudes (f. 56 - 73), Prime (f. 75 - 80), Tierce (f. 82 - 86), Sexte (f. 88 - 92), None (f. 94 - 98), Vêpres (f. 100 - 108), Complies (f. 110 - 114) - Psaumes de la pénitence et litanies des saints (f. 119 - 139) - Office des morts (f. 141 - 164).
Miniatures toutes au verso, en regard des Incipit. / f. 13 : Le Christ au mont des Oliviers / f. 18 : La Vierge à l'Enfant / f. 37 : L'Annonciation / f. 55 : Le baiser de Judas / f. 74 : Le Jugement du Christ / f. 81 : Jésus portant la croix / f. 87 : La flagellation / f. 93 : La Crucifixion / f. 99 : La Descente de croix / f. 109 : La Mise au tombeau / f. 115 : L'Ascension / f. 140 : L'Office des morts
Description sur la Gazette Drouot - sur le site Primardeco -



¶ Angoulême – R. Juge et V.-G. Tasset, 4 rue Guy Ragnaud – Samedi 8 mars à 9h30
1) Livre d'heures à l'usage de Paris. 180 f. 161 x 114 mm. 16 lignes. 13 gdes miniatures, 4 petites. Ex-Libris : Madame Van Huerne de Puyenbeke ; Jules Capron.
2) Livre d’heures à l’usage de Rome (calendrier à l'usage de Clermont?). Vers 1500. 95 f. 26 lignes. 13 gdes miniatures, Calendrier : st Bonnet le 15 janvier (Boniti Episcopi), st Genesius (Genesi Episcopi) le 3 juin êveque de Clermont, st Allyre ou Illidius (Illidi Episcopi) le 5 juin, st Gall 1er évêque de Clermont le 1er juillet. Ex-Libris manuscrit « J’appartiens à François Estourneau à la Flèche avocat au présidial » ; Jules Capron.
On trouvera une description complète et détaillée de ces deux Livres d'heures sur le site du libraire-expert Philippe Mesnard d'Angoulême, dont on peut souligner la qualité des présentations : http://comptoirdulivreancienetmoderne.wordpress.com/

0000000000000000000000000_ang.jpg

mercredi 5 février 2014

Livre d'heures des comtes d’Oultremont (Hesbaye près de Liège)


Sarl MAY ASSOCIES : vente du lundi 17 février à 14h30 à Roubaix :

108- Heures dédiées à la Vierge. XVe s. 175 x 120 x 25 mm. 94 f. sur vélin. 20 lignes par page (justification 95 x 60 mm), réglure à l’encre rouge. Reliure de velours brun époque, dos et plats richement décorés d’un motif brodé en fils d’argent (filets, arabesques, entrelacs et croix), tranches dorées. Le manuscrit débute par un calendrier de 12 feuillets, le premier feuillet est décoré d’un riche encadrement enluminé, les 11 autres d’un ensemble de 56 miniatures enluminées (bandeaux à motifs floraux, signes du zodiaque, etc). Pour chaque mois une miniature illustrant les occupations pastorales ou agricoles de saison. Le manuscrit est illustré de 12 grandes miniatures à pleine page encadrées dans de riches bandeaux sur fond or dans une profusion de monstres, de fleurs et d’oiseaux. Les deux dernières ont un encadrement à colonnes. Chaque page est illustrée d’une bordure florale. Une note manuscrite indique que le manuscrit a appartenu à la famille des comtes d’Oultremont (en Hesbaye près de Liège).

00000000000000000000_aliege.jpg

0000000000000000000000_al_rel.jpg

0000000000000000000000_alical.jpg
Calendrier, mois de mai : en rouge saint Yves, saint Donatien



Warnant-Dreye, le château d'Oultremont et sa chapelle

00000000000000000000000_armes_d_outr.jpg

Warnant-Dreye, pierre sculptée ornée du blason des comtes d'Oultremont - Chapelle castrale du château-ferme.
Sur la famille d'Outremont [wikipédia]

Description du manuscrit : Catalogue en ligne

mercredi 29 janvier 2014

Heures de la famille Gascoing (Nevers)


Vente du 7 février 2014 : SADDE Guilhem - 13 rue Paul Cabet - 21000 Dijon
Livre d heures XVe siècle (vers 1450-1480). - [Horae betae virginis ad usum ecclesiae...].- Manuscrit sur vélin (162 x 110 mm.) ; veau brun estampé sur ais, traces de fermoirs. (Reliure de l époque). Manuscrit orné de nombreuses initiales sur fond bleu et/ou rouge à partir du f. [6] ; bouts-de-lignes de mêmes couleurs ; bordures trois cotés : f [58v] ; f. [140] avec déchirure ; f. [145] ; f. [147v] ; petites peintures : f. [58v] découpée ; f. [145] : Jésus devant Caiphe ; f. [147v] : Jésus porte sa croix. Le manuscrit est incomplet du début et de la fin. Provenances diverses avec plusieurs ex-libris manuscrits : f. [71v] : ex-libris Morizot ; f. [121] : ex-libris Morizot (XVIIIe siècle) qui appartient à présent à moy G(...)bert et Marie Pinet, etc. Famille GASCOING (de Nevers) [de1559 à 1773].



Sur les Gascoing de Nevers voir la Revue nobiliaire historique et biographique, t. 4, 1868, p. 69. [en ligne]

Source : Interenchères

- page 1 de 11