La riche bibliothèque municipale de Lyon conserve sous la cote 521 (Delandine 441) l'imposant missel-pontifical de Roland de Neufville, évêque de Léon. Ce manuscrit, qui ne renferme que le Commun du temps, quelques messes votives et diverses bénédictions et préfaces, a été écrit sur parchemin : 170 f. de 500 × 347 mm. La reliure est en maroquin rouge.

L'ouvrage porte à plusieurs reprises les armes du prélat (ci-dessous, f. 3) Neufville (De gueules au sautoir de vair) / Ruffier ( D’azur à dix billettes d’argent, 4, 3, 2, 1) : 

 
 (c) Lyon BM

Au f. 1v, l'évêque est à l'autel, présenté par saint Pol de Léon, terrassant le dragon. Au-dessus le nom : Rolandus de Neufville, episcopus Leonensis. Ses armes reparaissent, séparées ou réunies, dans les encadrements, avec le chiffre de l'évêque R. D. N. et sa devise « Domine, exalta te, trahe te ad me. » . 


Suivant le catalogue, au "f. 1se trouve une grande peinture héraldique, portant les armes suivantes que décrit le catalogue : écartelé, au un de gueules, à la croix en sautoir moirée d'argent et d'azur ; — au deux parti, au un d'azur, à dix billettes d'argent posées quatre, trois, deux et un, au deux échiquete d'azur et d'argent ; — au trois contrécartelé : au un d'azur, à dix billettes comme dessus ; au deux burelé d'argent et d'azur de dix pièces ; au trois losangé de gueules et de sable, chargé d'une croix d'argent ; au quatre contrécartelé, aux un et quatre d'argent, aux deux et trois de gueules à un lambel de trois pendants d'argent ; — au quatre contrécartelé : au un d'azur, à trois chevrons denchés d'argent ; aux deux et trois de gueules, à neuf mâcles d'or posés en pal, accompagnés d'un lambel de trois pendants d'argent ; au quatre d'or à trois... de sable, accompagnés de dix merlettes de sable, posées quatre, trois, deux et un. — Sur le tout, de gueules à la croix pattée d'or. Tenants : deux licornes, crosse et mitre d'évêque. Au-dessus le nom : Rolandus de Neufville, episcopus Leonensis".


(c) Lyon BM

François du Fou (que je remercie) me suggère ces possibles identifications :
- 1er : de gueules au sautoir de vair (qui est Neufville ou Neuville)
- 2ème : parti, au 1er Ruffier OU d'azur à dix billettes d'argent 4, 3, 2 et 1 (qui est Robien) OU d'azur à dix billettes d'or (qui est Perrier) ; et au 2ème : échiqueté d'argent et d'azur (qui est La Houssaye OU Le Fer)
- 3ème : contre-écartelé au 1er : Ruffier, Robien ou Perrier, au 2ème : burelé d'argent et d'azur de 10 pièces au croissant de gueules brochant (qui est Tréal), au 3ème : de gueules à la croix d'or frettée d'azur (qui est Le Scaff), au 4ème : écartelé d'argent et de gueules, brisé d'un lambel d'argent (qui est Raguenel OU Le Roux)
- 4ème : contre-écartelé au 1er : d'azur à 3 chevrons d'argent (qui est Plumaugat), aux 2ème et 3ème : de gueules à 9 macles d'or 3, 3 et 3, brisé d'un lambel d'argent (qui est Montauban), au 4ème : d'or à trois fasces nouées de sable, accompagnées de 10 merlettes de même, 4, 3, 2 et 1 (qui est ?) et sur le tout, de gueules à la croix pattée d'or (qui est Baudouin de Villembrois, OU De Savonnières OU Renault)
Aux f. 40 et 41 : la Crucifixion et Dieu le Père.

Au f. 98, le nom : « Jacques Jamiaux, fils de Mathurin Jamiaux. » (XVIIe siècle.)
Le patronyme JAMIAUX est caractéristique d'Ile-et-Vilaine. Un Jacques Jamiaux, sans doute l'ancien possesseur du missel-pontifical de Roland de Neuville, fut sous-fermier des devoirs de Rennes au XVIIe s. (Archives municipales de Rennes, FF442 = Lien)

Roland de Neufville
, fils de Regnault de Neufville (1), sr du Plessix-Bardoul et de Charlotte Ruffier, naquit vers 1530. Dès 1551 il a la charge de l'abbaye des chanoines réguliers de Saint-Augustin de Saint-Jacques de Montfort. Nommé évêque de Saint-Pol-de-Léon en 1562 (sous la protection du duc d'Etampes), il prête serment au roi le 25 octobre 1565. La famille de Neufville, sr du Plessix-Bardoul. Ref. 1454, 1477, 1513, paroisses de Domagné, Orgères et Pléchatel, ancien diocèse de Rennes, portait de gueules au sautoir de vair. (De Courcy, Nobiliaire, p. 283). Bardoul fondue dans Neufville.

Le gisant de l'évêque de Neufville se trouve en la cathédrale Saint-Pol-de-Léon. Une verrière disparue du peintre de Lesneven Alain Cap (XVIIe s.) le représentait. Son épitaphe nous apprend qu'il décéda à Rennes le 5 février 1613 :
Cy gist messire Rolland de Neufville puisné de la Maison du Plessis-Bardoul, en son vivant Evesque de Léon, lequel décéda en la ville de Rennes le cinquième jour de Feuvrier 1613. agé de 83 ans, & fut enterré le VIe jour de Mars ; ayant possédé l’Abbaie de Saint Jac pres Monfort 61 ans & ledit Evesché 51, le laissant par sa vigilance sans aucun hérétique, (Gaignières)

Roland de Neufville, prélat humaniste, mourut en odeur de sainteté. Il fut un grand bâtisseur, faisant ériger plusieurs centaines de croix dans son diocèse, afin, disait-il, "que les fidèles rencontrassent partout les signes augustes de notre rédemption",
L'évêque fut à l'initiative de la publication d'une vie de saint Méen : "Parmi les auteurs qui ont écrit la vie de saint Méen, cet écrivain (le Bollandiste) cite Albert de Morlaix ou Albert le Grand qui écrivait vers 1630; puis Pierre Viel, docteur en théologie, qui rédigea cette vie à la prière de Rolland de Neufville, évéque de Léon (sacré en 1532 et mort en 1613). Nous possédons ces deux vies. Voici le titre de la seconde : « La vie de sainct Méen, abbé au pays de Bretaigne, le 15 juin, mise en français du latin escrit à la main, pris des martyrologes et histoires anciennes dudict pays, à la diligence de Révérend Père en Dieu Roland de Neufville, évêque de Léon en Basse-Bretaigne, par M. Pierre Viel, docteur en théologie » (Revue de l'Anjou, 1890, p. 44).

En 1650, Jan Tanouarn, seigneur Duplessix Bardoul et de Kerdanouarn, abbé commendataire de l'abbaye de Montfort, résidant plus ordinairement au manoir du Plessis Bardoul, paroisse de Téchastel, diocèse de Rennes, fonde pour lui, ses parents et son oncle Rolland de Neufville, chaque jour et fête de saint Rolland, évêque de Cambrai, le 13 octobre, un double solennel, mémoire après vêpres et De profundis chanté près la tombe de Mgr de Neufville « estant dans le chœur, côté de l'Épître » (P. Peyron, La cathédrale de Saint-Pol et le minihy Léon, p. 115).


(1) Renaud de Neuville, seigneur du Plessis-Bardoul, appelé à la montre de l'évêché de Rennes, en 1541, dont le fils, Briand, ne laissa qu'une fille, son héritière, Rollande de Neuville, mariée avant le 29 septembre 1576 à Christophe de Tanouarn.

Sources : Collections numérisées de la bibliothèque de Lyon, avec plusieurs images du missel-pontifical [ Lien ]
Biblio : Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France : Fonds général. Lyon, T. XXX
V. Leroquais, Bibliothèque de la ville de Lyon : Exposition des manuscrits à peintures, Lyon, 1920. 
Pouillé historique de l'archevêché de Rennes.
Missel-pontifical cité par F. Duine, Inventaire liturgique de l'hagiographie bretonne, 1922, p. 212-213, n° ccxcviii.
Y. - P. Castel : "La floraison des croix et calvaires dans le Léon sous l'influence de Mgr Roland de Neufville (1562-1613)", dans Annales de Bretagne, t 90, 1983, p. 311-319.
Anciens registres paroissiaux de Bretagne : baptêmes, mariages, sépultures ... (Pléchatel) Par Paul Paris-Jallobert, p. 23.

Bookmark and Share