Fils de Theaude de Châteaubriant, seigneur du Lyon d'Angers, des Roches-Baritaud, comte de Casan au royaume de Naples (+ 1470) et de Françoise Odart, dame de Colombières en Touraine et baronne de Loigny dans le Perche, René de Châteaubriant fut conseiller et chabellan du roi. Il descendait de cette lignée du Lyon d'Angers qui eut "pour service militaire le comté de Casan au royaume de Naples ; elle fonda une principauté en lllyrie ; elle s'allia deux fois avec la maison de Maillé, trois fois avec celle de Sainte-Maure-Montausier " (Mémoires d'Outre-tombe).
Dès le 5 juin 1492, il porte les titres de baron de Logné (Loigny), de vicomte de Regmalart et de seigneur des Roches-Baritaud, de Chavannes et du Lyon d'Angers (Archives du château de la Potherie, XXXII, f. 246). Après la mort de Jacques de Châteaubriant, peu avant 1500, il entra en possession de la châtellenie de Challain, dont la nue-propriété paraît lui avoir été assurée dès 1480. Sa fortune fut divisée entre ses filles, excepté la seigneurie de la Roche-Baritaud qui advint à son frère cadet, Georges. (Comte René de l'Esperonnière, Histoire de la baronnie de Candé, Angers, 1894, f. 426-427).

René de Châteaubriant est attesté comme propriétaire du château de Saint Hilaire des Noyers, situé à Colonard Corubert, dans le Perche ornais, propriété actuelle du professeur Pierre Braquet [ lien ]. L'acte de présentation de Simon Regnault à la cure, daté du 4 mars 1499, précise que le droit de patronage lui appartient "à cause de sa terre et seigneurie du dit lieu et dépendances (Société historique et archéologique de l'Orne, XXVI, 1907, p. 89).

Sur un ancien armorial de Mons (Belgique) relatif aux familles alliées des Croy figuraient les armes de René de Châteaubriant et de sa femme Hélène d'Estouteville :

"Le blason du mari porte de gueules semé de fleurs de lis d'or. Celui de l'épouse est burelé d'argent et de gueules ; un lion de sable, armé, lampassé et couronné d'or brochant sur le tout.
René de Châteaubriant, comte de Casan, baron de Loigny, vicomte de Regmalart, seigneur du Lion d'Angers, qui vivait en 1489, et sa femme, Hélène d'Estouteville, dame de Tronchai, fille de Robert, baron d'Ivry, et d'Ambroise de Lorré), furent le père et la mère de Charlotte de Châteaubriant. Le placement de ce second groupe près du précédent, est justifié par le mariage de Henri de Croy (fils de Philippe de Croy et de Jacqueline de Luxembourg) avec Charlotte de Châteaubriant. De cette union naquirent cinq fils :
1° Philippe de Croy, né en 1496 et mort à Bruxelles en avril 1549, premier duc d'Arschot et héritier d'une grande partie des biens de son oncle, Guillaume de Croy, dit Monsieur de Chièvres, précepteur de Charles-Quint 
2° Guillaume de Croy, cardinal-archevêque de Tolède et chancelier de Castille, mort à Worms, le 6 janvier 1521 et inhumé au cloître des Célestins d'Héverlé : son corps et son mausolée ont été transférés en 1842 dans l'église des Capucins, à Enghien (Ernest Matthieu, Histoire d'Enghien, p. 564) ;
3° Charles de Croy, époux de Françoise d'Ambroise ;
4° Robert de Croy, évèque de Cambrai, mort en 1556 :
5° Charles de Croy, abbé d'Afflighem, de Saint-Ghislain et d'Hautmont, puis évêque de Tournai, mort à Saint-Ghislain, le 2 décembre 1564.
Charlotte de Châteaubriant mourut en 1509 et Henri de Croy en 1514.
Les huit quartiers de René de Châteaubriant sont :
Quartiers paternels : Châteaubriant, Laval, Lion d'Angers et Clisson. (Rietstap, Armorial, p. 240, 622 et 254.)
Quartiers maternels : Oudart, Craon, Loigny et Rohan. (Ib., p. 780, 279, 869 et 891.)
Les huit quartiers de Hélène d'Estouteville sont :
Quartiers paternels : Estouteville, Blainville, Fiennes et Mailli. (Ib, p. 354, 372 et 669. La Chenaye Desbois, Dict. de la noblesse de France, t. II, p. 354.)
Quartiers maternels : Lorré, Grandpret, Ivry et Ailly. (Rietstap, p. 447, 547 et 35.)
Source : "Armoiries de familles alliées aux Croy, copiées au XVIIIe siècle à l'hôtel de ville de Mons", dans Annales du Cercle archéologique de Mons, XXIII, 1892, p. 19-20.
La Chenaye Desbois, Dictionnaire de la noblesse de France. Paris. 1771, 2' édition, t. iv, p. 288 à 291.

René de Châteaubriant et Hélène d'Estouteville eurent en plus de Charlotte, deux autres filles :
- Marie, dame du Lyon d'Angers, mariée à Jean de Chambres (1), seigneur de Montsoreau
- Madeleine, dame de Chavannes, qui épousa François, seigneur de la Noue (2)

La carrière de René de Châteaubriant n'est pas très connue... faute de documentation. Quelques titres dans les archives du château de Beaumont (Belgique) font état d'une "Lettre d'invitation du roi Dom Philippe de Castille à M. René de Châteaubriant, seigneur du Lion d'Angers, pour l'engager à venir signaler sa vaillance dans la guerre sainte qu'il faisait aux Maures de Grenade et de Cordoue, le 12 juin 1490 ; avec la copie d'une très-élégante réponse latine, datée de Paris le 8 mars 1491" (Commission royale d'histoire, Académie royale de Belgique, II, 1838, p. 270).

Ses armes (de gueules, semé de fleurs de lys d'or), accompagnées du collier de l'Ordre de Saint-Michel, se retrouvent sur un exemplaire du Livre de l'Ordre de Chevalerie de Raymond Lull [ lien ], aujourd'hui conservé à la Bibliothèque municipale de Toulouse (ms 830) : "Cy commence le livre de l’ordre de chevalerie". Prologue : « A la louenge et gloire domne Dieu, qui est sire et roy souverain par dessus toutes choses celestes et terrestres, nous commençons cest livre de l’ordre de chevalerie pour demonstrer que à la segnifiance … ».


(c) Toulouse BM 830. Frontispice. Source : Base Enluminures

René de Châteaubriant apparait également dans la  « Relation d'un voyage en terre sainte, au mont Sinaï et au couvent de Sainte-Catherine » qu'il effectua vers 1486 avec un groupe de pèlerins parmi lesquels figuraient deux autres Bretons : François de Tournemine, et l'abbé de Saint-Méen, Robert de Coetlogon. Le récit anonyme de ce périple se trouve transcrit dans un manuscrit de la Bibliothèque municipale de Rennes (ms 261), du XVe s., manuscrit qui comporte deux feuillets d'un livre de raison tenu par Jean Bouscher, sieur des Planches, en Bruz, près de Rennes (Trésor des bibliothèques de Bretagne, Pontivy, 1989, p. 72, n° 26 - Abbé Guillotin de Corson, "Note sur la relation d'un voyage en Terre-Sainte fait par trois Bretons à la fin du XVe siècle", dans Bulletin et mémoires de la Société archéologique du département d'Ille-et-Vilaine, XXXIII, 1904, p. 395-398) .
Mon ami André-Yves Bourgès me signale que ce texte a fait l'objet de deux éditions récentes et relativement accessibles : en 1979 dans Archivum Franciscanum Historicum, t. 72, p. 106-133 et 330-428 (B. Dansette, "Les pèlerinages occidentaux en Terre Sainte : une pratique de la "Dévotion moderne" à la fin du Moyen Âge? Relation inédite d'un pèlerinage effectué en 1486") et en 1997 dans D. Régnier-Bohler, Croisades et pèlerinages. Récits, chroniques et voyages en Terre Sainte (XIIe-XIVe siècle), p. 1168-1225.
De même, on trouvera sur le manuscrit de Rennes une notice et un fac-similé du f. 63v dans Voyage au pays des croisades, d'Anne Pouget-Tolu et Wilfrid Lermenier, Paris, L'Harmattan, 1999, p. 134.

Le Voyage de Georges Lengherand, mayeur de Mons en Haynaut, a Venise, Rome, Jerusalem, Mont Sinaï, Le Kayre, en 1485/1486 mentionne la présence de  " Franchois de Tournemine, sgr de la Gherche, escuier d'escuyrie du duc de Bretaigne"... (A)  Je ne sais s'il y a relation entre ces deux récits.

Un autre aspect méconnu de la biographie de René de Châteaubriant reste sa nomination, le 11 août 1493, par D. João II, roi du Portugal (1455-1495, dit le Prince parfait), au titre de comte (in partibus infedelium) de Guazava, au royaume de Fez. Voir Pierre de Cenival, "René de Chateaubriand, comte de Guazava au royaume de Fez, 1493", dans Hespéris, XIX, 1934, p. 27-37. Jean Aubin, "D. Joao II devant sa succession", dans Arquivos do Centro Cultural Português, 27, 1990, p. 101-140 (118-121)


(1) Alliée aux Rohan, aux Craon, aux d'Estouteville, la maison de Chambes était comptée parmi les plus considérables de l'Angoumois. Le 1er février1518, Charles de Boulainvilliers, comte de Rossillon, vte hérédital d'Aumale, seigneur de Rouvran, de Verneuil-sur-Oise, et sa femme, dame de Coudroy et Montpensier, font la foi et hommage lige, pour « le chastel, chastellenie, terre et seigneurie du Couldroy » à « Marie de Chasteaubriand, dame de la baronnie de Champfroy et des seigneuries du Lyon d'Angers, Challun et Verrières ». veuve de Jean de Chambes, seigneur de Montsoreau et du Petit-Chasteau, au nom et comme ayant la garde-noble des enffans myneurs du défunt » (Mémoires de la Société archéologique de Touraine : Série in-8°, Volume 40, p. 191) . De ce mariage :
1) Philippe de Chambes x Anne de Laval.
2) Hippolyte, née vers 1497 X (1526) Jacques d'Amboise, chevalier, baron d'Aubujoux (Auvergne), et de Castelnau (proche d'Albi). Postérité.
3) Louise, née vers 1500, X  (1529) Jean de Malestroit.


(2) Jean-François de La Noüe, seigneur de La Noüe, Guémené, Toulan, Basoges, Launay-Basoin, Le Bois-Greffier, Lesemeuc, La Porte-Bernier et La Bouexière, qualifié en 1481 noble écuyer puis noble et puissant seigneur, reçut en cette année un aveu comme seigneur de Guémené. Il se distingua dans le guerres d'Italie. Testament : Nantes, 26 juillet 1537. Inhumé à Notre-Dame de Fresnay, près de son père. Décède vers 1547 (Source : Précis généalogique de la maison de La Noüe, p. 66-67). Il est le grand-père du célèbre "Bras-de-Fer" ... François de La Noüe.

(A)  FrançoisTournemine, Sire de La Guerche, fut nommé par Louis XII, ambassadeur de Hongrie en 1500, "pour y conduire la princesse Anne de Foix, fille du comte de Candale & épouse de Ladislas, roi de Pologne, de Hongrie & de Bohême, s'aquittant de cette ambassade avec magnificence & dextérité, fit assigner le Douaire de la Reine sur le Domaine de Hongrie, porta le sceptre royal au couronnement, se signala dans plusieurs expéditions contre les Turcs, & après avoir fait deux fois le voyage de la Terre - Sainte, mourut l'an 1529, sans avoir été marié". (Moreri, Le grand dictionnaire historique, p. 189)

Illustration  : Saint-Méen-le-Grand, église abbatiale, pierre tombale de Robert de Coëtlogon (+ 30 avril 1492), compagnon de route de René de Châteaubriant. Armes des Coëtlogon : de gueules à trois écussons d'hermine.