© Heribert Tenscher - Pour un agrandissement cliquer sur l'image  -
Jean Troussier
, en armures, agenouillé sur un coussin d'azur semé de fleurs d'or, devant son prie-dieu sur lequel se trouvent ouvertes ses Heures. A terre, son bouclier peint à ses armes, et son casque dont le cimier représente une femme vêtue de gueules, tenant en ses mains un phylactère avec une devise (motto), dont on devine quelques mots :
" ... * pour * le * s... * "

HERIBERT TENSCHERT, "libraire" de renommée mondiale pour ce qui est du manuscrit médiéval, à l'occasion du 20e anniversaire de sa participation au TEFAF Maastricht 2012, et du Salon International du Livre Ancien au Grand Palais de Paris (n° 5 de son catalogue) présente un manuscrit exceptionnel pour la Bretagne, THE GAPTIÈRE BOOK OF HOURS, les Heures de la Gaptière, à l'usage de Paris, c. 1420/1430, enluminé par le Maître de la Légende dorée de Munich (19 miniatures) et le Maître de Dunois (1 miniature). Compte tenu de sa datation (et de son luxe) on peut avancer avec quelque certitude qu'il fut exécuté pour Jean Troussier (ou Trouxier) procureur général de Bretagne gallo et sénéchal de Lamballe dans les années 1420 / 1450. [Bien entendu, nous restons ouverts à toute autre identification ....]

Commissaire pour la Réformation de Bretagne de 1426, et pour plusieurs enquêtes de feux (1434, 1440, etc.), Jean Troussier figure aux précieux comptes de Jean Droniou (1424-1426), trésorier et receveur général de Bretagne :
Parmi les officiers du duc Jean V : « Jehan Troussier procureur général de Bretagne Galou »  (la partie gallo de la Bretagne, celle dite de langue française ; l'autre étant le procureur de Basse-Bretaigne, bretonnante)
« A Jean Troussier, sénéchal de Lamballe 20 £ » 
« A Jehan Troussier que Monseigneur lui devait pour prêt 235 écus d’or »
Hervé Torchet, Comptes du duc de Bretagne 1420-1433 d’après les copies manuscrites, Les Editions de la Pérenne, 2010, p. 94, 102, 104. http://www.laperenne-zine.com/articles.php?lng=fr&pg=357
Jean Kerhervé, Les gens de finances des ducs de Bretagne, catalogue prosopographique, III, p. 412 ; L'Etat breton aux 14e et 15e s., 1987, II, p. 736 et note 134.
Quelques actes concernant Jean Troussier  [ d'après : René Blanchard, Lettres et mandements de Jean V, duc de Bretagne (Archives de Bretagne, 4-8), Nantes. 1889-1895, 5 vol. Numérisés sur GALLICA ]
1412, 26 novembre, Vannes :  Commission d'enquérir du droit de franchise du minihy de Tréguier, à la suite de l'arrestation d'un criminel sur son terrtoire (Saint-Brieuc, ADCA, G) : signé "J. TROUSS[IER]". Blanchard, Mandements, n° 1142.
1423 (n. s. ), 2 janvier : Maintenue du chapitre de Tréguier en possession d'une rente de 5 pipes de blé (ADCA, G) : "... avons commis noz bien amez et feaulx maistre Jehan Doguet et Jehan Troussier pour faire ouverture desd. enquestes et informacion ... Blanchard, Mandements, n° 1546bis
1424, 4 février, Vannes : Mandement d'enquérir des droits des chapelains d'Auray (Vannes, ADM, H) : "... Jehan Troussier et Jehan de Bennerven, noz procureurs generaulx de Bretaigne gallou et de Bretaigne bretonnant ...." Blanchard, Mandements, n° 1580
1426 : Commission pour Jean Troussier, sénéchal de Lamballe et Jean Saoullet, sénéchal de Saint-Brieuc, d'enquérir du nombre des feux en l'évêché de Saint-Brieuc (B 1158, f. 1 et 286 ; B 1161, f. 70). Blanchard, Mandements, n° 2569.
1426 (n. s.), 9 janvier : ordonnance pour la réformation des feux des paroisses de Bretagne (coll. A. de La Borderie) : "... En Treguer, en St Brieuc, ce que y a ou baillage de Moncontour, maistre Jehan Doguet, et ou parsur de St Brieuc, Jehan Troussier ..." Blanchard, Mandements, n° 1660.
1428, 25 mai : Commission pour Jean Troussier, sénéchal et pour Louis le Nevou, alloué de Lamballe, d'enquérir du nombre de feux en la paroisse d'Yffiniac (B 1158, f. 165) Blanchard, Mandements, n° 2571.
1430, 13 mai : Commission pour Jean Troussier et Raoul le Neveu d'enquérir du nombre de feux de la paroisse de "St Aulban et St Treuen" (B 1161, f. 207) Blanchard, Mandements, n° 2595.
1434, 24 décembre : commission pour Jean Troussier, sénéchal de Lamballe, et Macé Bertier d'enquérir du nombre des feux en la paroisse de "Saint Groce" (= Saint-Judoc. B 1161, f. 233). Blanchard, Mandements, n° 2605.
1438, 21 septembre : commission pour Jean Troussier, sénéchal de Lamballe, et Jean Mainfeny, auditeur en la Chambre des comptes, d'enquérir du nombre des feux dans les paroisses de Notre-Dame de Jugon et de Saint-Malo de Jugon (B 1161, f. 220). Blanchar, Mandements, n0 2614.
1440, 27 avril, 2, 4 et 8 mai, 30 juin, 1er juillet : commission pour Jean Troussier, sénéchal ... d'enquérir du nombre des feux dans les paroisses de "Tremaign", Plestan, "St Rio", "Tregoma", "St Denoeal", "Ploedelia" (B 1161, f. 205, 207, 220). Blanchard, Mandements, n° 2621-2624, 2626-2627..
1440, 12 avril, Dinan : A... Jehan de Kercoent, nostre senechal ou ressort de Gouelo .... Jehan Troussier (sans attribution).. (Saint-Brieuc, ADCA G). Blanchard, Mandements, n° 2413
1441, 11 juillet : lettres de commission à Jean Troussier et à Bretin le Champion pour s'enquérir du nombre des feux de la paroisse de "Morieuc" (Invent. Turnus Brutus, n° 1373). Blanchard, Mandements, n° 2495.

Pour une description du château de la Gabetière : Nantes, ADLA B 2000, n° 12 : papier terrier de la barre de Ploermel : Jean Troussier, chevalier, pour le château et la seigneurie de la Gabetière, en la paroisse de Saint-Brieuc-lès-Mauron (milieu XVIIe s.) (dépendait de l'évêché de Saint-Malo) :

« Le château de la Gabetière consiste en une cour renfermée de quatre corps de logis assez grands et dans l’un desquels se trouve la chapelle, et aux quatre coins d’iceux trois grosses tours cylindriques et donjon où est l’horloge, et au devant d’icelui un premier portail et un second portail à pont levis et le dit château entouré de douves et fossés. »

Pour des données généalogiques sur les Troussier voir la Base Noblesse Bretonne.

Le nom de l'épouse de Jean Troussier (s'il fut marié ...) ne nous est pas connu.
Les Troussier, seigneurs de la Gabetière et de Pontmenard à Saint-Brieuc de Mauron (Morbihan), au Pays de Brocéliande * (voir note, in fine), portaient d’hermines au lion de gueules couronné d'or.  Suivant l'enquête de Réformation du 14 avril 1426  avant Pâques (1427 n. s.), parmi les trois nobles de la paroisse figure un certain Guillaume Troussier ayant "métayer en son manoir à la Gabetière" (ed. Hervé Torchet), personnage sur lequel nous ne connaissons rien par ailleurs. Quel lien avec Jean, sénéchal de Lamballe?
Cette famille donna par ailleurs deux grands chantres de Saint-Malo :
— Olivier Troussier, pourvu en 1450, fonda en 1470 la chapellenie de Saint-Julien dans la cathédrale, décéde en 1475 : enfeu reconstitué dans le collatéral sud. Voir H. Harvut, "Notice sur la cathédrale de Saint-Malo depuis sa fondation jusqu'à nos jours", dans la Semaine religieuse du diocèse de Rennes, n° 44, 26 aout 1882, p. 695-703. J.-Y. Copy, Les gisants haut-bretons, 1986, p. 234-235 et n° 242. Annales de la Société d'histoire et d'archéologie de l'arrondissement de Saint-Malo, 1996, p. 329
— Jean Troussier, son neveu, le remplaça en 1475, et fut grand-aumônier du duc François II et son ambassadeur en Angleterre en 1486.
J. P. Leguay, Les villes du duché de Bretagne, p. 285-289 ; ADIV, G 275
— Guillaume Troussier, "noble écuyer", receveur de Lamballe en 1459/1460, peut-être celui cité par Dom Morice, Preuves, II, col. 1717, en 1458, d'après Archives de la Chambre des comptes.
— Mathelin Troussier, alloué de Lamballe en 1476
1476 : Mandement d'évocation pour Guillaume Troussier, sr de la Gabetiere contre Me Mathelin Troussier et sa femme touchant la possession des biens meubles et héritages de feu Me Olivier Troussier chantre et chanoine de Dol (Paris, BnF, Fr. 22318, f. 47)
— 18 avril 1480, Florence Leet, femme de Guillaume Troussier, sr de la Gabetière, était en procès devant la cour de Lamballe contre Jean Poulain, fils de Rolland (Nantes, ADLA B 9, f. 49v). Ce Guillaume Troussier est peut-être le fils de Jean Troussier, sénéchal de Lamballe :

LEËT, Sr de la Desnerie, par. de Saint-Donatien de Nantes, porte losangé (sceau 1421 )

— 1488 : "Don à Gilles Troussier du rachapt de feus Guillaume Troussier et Florence Leet sa femme et de Me Mathelin Troussier, le 28 jour de mars" (BnF, Fr. 22318, f. 138)



© Heribert Tenschert
Heures de Jean Troussier. La Pieta. f. 1. Un tableau exceptionnel !

Manuscrit
168 f. 215 x 162 mm. 1 col. 15 lignes. Justification : 110 x 70 mm. Gothique Textura :

Calendrier parisien. Provenance : Aubert de Rosainville
f. 3. Salve Regina
f. 4. Calendrier
f. 16. Péricopes évangéliques
f. 21v. Obsecro te
f. 25. O intemerata
f. 92. Psaumes de pénitence
f. 103v. Litanies
f. 109v. Heures de la Croix
f. 113. Suffrages aux saints
f. 159. XV joyes : Doulce dame
f. 164. VII Requêtes : Doulz Dieu
Décoration :
f. 1. Pieta
f. 14. Saint Jean
f. 15v. Saint Luc
f. 17. Saint Mathieu
f. 18v. Saint Marc
f. 27. L'Annonciation
f. 49. La Visitation
f. 60. La Nativité
f. 66. L'Annonce aux bergers
f. 70v. L'Adoration des mages
f. 74v. La Présentation au Temple
f. 78v. La Fuite en Egypte
f. 85. Le Couronnement de la Vierge
f. 90. Le roi David en prières
f. 107v. La Crucifixion
f. 111. La Pentecôte
f. 114. Les funérailles
f. 157. La Vierge couronnée
f. 162. Le Jugement dernier
f. 165. L'Enfer (insérée ultérieurement, semble-t-il, due au Maître de Dunois)

Le Maître de la Légende dorée de Munich [ manuscrit en ligne sur le site de la Bayrischen Staatsbibliothek ] : les avis ont divergé sur l'existence réelle d'un atelier attaché à cet enlumineur parisien, certains le présentant plutôt comme un "artisan" itinérant (ainsi Spencer). Aujourd'hui, au vu de sa production, la question semble réglée. F. Avril a souligné le rôle déterminant du MLDM dans la formation du Maître de l'Echevinage de Rouen, ville où le MLDM aurait pu séjourner (Manuscrits à peintures, p. 170). On peut remarquer plusieurs connexions avec la Bretagne, comme les Heures du duc Arthur III (Pierpont Morgan Library, ms 241) = [ en ligne ] détail ci-contre (f. 195v), ou celles de son épouse Marguerite de Bourgogne (Windsor Castle, royal collection RCIN 1142248) - (D. Booton, Manuscripts, market ant the Transition to Print in Late Medieval Brittany, Ashgate, 2010, p. 148, 264, 316-317). Voir également E. Spencer : The Sobiesky Hours, Londres, 1977 - J. Plummer & G. Clark, The last Flowering. French painting in Manuscripts (1420-1530), from American Collections, New York, 1982, n° 8. - R. Wieck, Time Sanctified, Baltimore, 1988, p. 11sq. C. Rabal, "Artiste et clientèle à la fin du Moyen Âge : les manuscrits profanes du maître de l'échevinage de Rouen, dans Revue de l'art, 84, 1989, p. 58.Miriam Milman, Les Heures de la prière. Catalogue des Livres d'heures de l'abbaye d'Einsiedeln, Brepols, 2003, notamment p. 28-32. Voir ci-dessous la biblio des heures de Jean Troussier.

A propos du ms London, BL, Additional 18192 :
The Master of the Munich Golden Legend (fl. in Paris, c. 1420-1460) is named after a copy of that famous text now in that Bavarian city, dating to c. 1420 (Munich, Bayerische Staatsbibliothek, Cod. gall. 3). His style is close to that of the Bedford Master’s with whose workshop – as in this book of hours – he often collaborated. His work can easily be distinguished from the Bedford Master by his habit of outlining areas of colour and indicating facial features in black. As he also contributed to manuscripts for Reims, Normandy, and Brittany, he may have been an itinerant artist. However, it seems more likely that he was based in Paris with a reputation that attracted widely dispersed clients. In this manuscript, while the female owner has ermine that might connect her to Brittany, the book is clearly a Paris production. http://www.bl.uk/catalogues/illuminatedmanuscripts/TourPopup.asp?TourID=134

Le Maître de Dunois, actif à Paris entre 1435 et 1466, doit son nom à une de ses premières productions, le Livre d'heures du comte Jean de Dunois, fils illégitime de Louis d'Orléans (Londres, British Library, Yates Thompson, 3), et est aussi appelé « Principal associé du maître de Bedford » (Chief Associate of the Bedford Master). Voir notice sur Wikipédia. F. Avril & N. Reynaud, Les manuscrits à peintures, p. 36.

Comme production commune de ces deux maîtres voir les Heures de la collection d'André Hachette récemment redécouverte [ en ligne ]


© Heribert Tenschert
Jean Troussier en prières : armures - cotte d'armes (d’hermines au lion de gueules couronné d'or) - éperons - épée sur son flan gauche - dague à rouelle à sa droite

© Heribert Tenschert
Casque et cimier de Jean Troussier

Biblio
: C. Reynolds, "English patrons and French artists in fifteenth-century Normandy", dans D. Bates & A. Curry, England and Normandy in the Middle Ages, london, 1994, p. 299-314. Christie’s 28 novembre 1990, lot 9 ; Tenschert, 1994 / N° 30 : Leuchtendes Mittelalter 5, Psalter und Stundenbuch in Frankreich vom 13. bis zum 16. Jahrhundert : mit Miniaturen von den Meistern der Historienbibel des Duc de Berry, lot 15.
C. Reynolds, “Master of the Munich Golden Legend,” dans The Dictionary of Art, London, 1996, XX, 735.
C. Reynolds, “The workshop of the Master of the Duke of Bedford”, dans Godfried Croenen, Peter F. Ainsworth, Patrons, authors and workshops : books and book production in Paris around 1400, Peeters, 2006, p. 454, note 43.
Prof. Eberhard König (FU Berlin), Das Pariser Stundenbuch an der Schwelle zum 15. Jahrhundert. Die Heures de Joffroy und weitere unbekannte Handschriften, Antiquariat Bibermühle, 2011 (Studien und Monographien num. 15), p. 279-306, 19 pl.
Voir la thèse à venir de Laurent Ungeheuer, Le Maître de la légende dorée de Munich : formation, production, influences et collaborations - IFHA -

Photos du manuscrit :

http://www.pagegangster.com/p/ZC0jp/410/


ANTIQUARIAT BIBERMÜHLE AG
HERIBERT TENSCHERT

Bibermühle 1
CH – 8262 Ramsen / Suisse
Tel. +41 (0)52 742 05 75
Fax +41 (0)52 742 05 79
e-mail : mail@antiquariat-bibermuehle.ch

Le manoir de La Gabetière, construit à l'emplacement d'un château fort, ou d'une ancienne motte, démoli à la Révolution (traces encore visibles), propriété de la famille Troussier (ou Trouxier) de 1430 jusqu'à la Révolution (Guillaume Trouxier en 1480), puis de la famille Saint-Pern, de la famille Noël de La Touche (en 1790) et Kersabiec. La Gabetière devient vicomté en 1657.
Voir quelques infos sur la Gabetière [ en ligne ]




Armes des Troussier sur la chapelle de la Ville Thual ou Notre-Dame de Toute-Aide à Saint-Brieuc de Mauron


Les vieilles maisons de Lamballe au début du XXe siècle

Note : * Notre ami André-Yves Bourgès me rappelle que "Brocéliande est avant tout une figure mythico-littéraire, dont ni la géographie, ni même la localisation ne sont absolument connues, même s'il est probable qu'on puisse identifier ses vestiges avec l'actuelle forêt de Paimpont" (voir discussion) et (ici)
Merci à François du Fou et Marc Faujour pour leurs précieux conseils.