© Bibliothèque de Rennes Métropole, ms. 31, f. 1v

Voilà bientôt près de deux siècles que le livre d'heures n° 31 (ancien 15949) de la Bibliothèque de Rennes Métropole se voit attribué au seigneur de La Mandardière. Déjà, Dominique Maillet, dans ses Descriptions, notices et extraits des manuscrits de la bibliothèque de Rennes (Rennes, 1837, p. 26-28), avait identifié le couple La Mandardière / Dollo dans les deux personnages agenouillés avec leurs enfants, peints et représentés en prière sur une des premières pages du manuscrit. Le Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France (t. XXII, 1894, p. 21-22), et toutes les publications ultérieures, jusqu'à aujourd'hui, ont suivi aveuglement les affirmations de Maillet. Pourtant, un élément aurait du éveiller la curiosité de certains. L'ouvrage en question vient des propres collections du président de Robien (1698-1756) (1), dont la famille portait pour armes d'azur à dix billettes d'argent 4, 3, 2 et 1, proches de celles peintes sur la robe de la dame du manuscrit 31 de Rennes. Le seigneur, quant à lui arbore d’azur, à six coquilles d’argent, 3, 2 et 1, dans lequel Maillet a reconnu un membre de la famille de La Mandardière. Mais plusieurs familles bretonnes ont porté ces armes.
Par contre, aucune alliance La Mandardière / Dollo n'est connue. Il faut certainement voir dans le tableau peint Roland Gautron, sénéchal de Lamballe (1467-1496), second fils de Pierre et de Robine Durand, marié à Jeanne Dollo, dame héritière de La Ville-Mainguy, lequel a délaissé ses propres armes (d’azur, à six coquilles d’argent, 3, 2 et 1) pour prendre celles de sa femme (en changeant simplement les émaux), armes qui sont devenues par la suite celles des Robien par le mariage de Jacques Gautron avec Claudine de Robien.

La réformation de 1475 pour la paroisse de Sévignac mentionne Roland Gautron (Gaulteron), chevalier, sénéchal de Lamballe, de Laval, de Limoëllan, de Broons et du Bordage, en Sévignac. C'est lui que le sire Jean de Rieux, tuteur de la jeune duchesse Anne de Bretagne, prit en 1489 sous sa protection et sauvegarde, parce qu'il avait été bon et loyal suget et serviteur du Duc, que Dieu absolve, et de la Duchesse ma souveraine Dame et de chacun successivement, et à celle cause avoir délaissé et abandonné ses maisons et bien meubles y estants, et tous les héritages qu’il avoit en l’Evesché de S. Brieu, et autres endroits de ce pays et Duché n’a gueres occupé par les François (Sauvegarde pour Rolland Gauteron sénéchal de Lamballe (16 avril 1489), édition Dom Morice, Preuves de l'Histoire de Bretagne, t. III, col. 640; Bulletin archéologique de l'Association bretonne, t. XV, 1896, p. 119).


© Bibliothèque de Rennes Métropole, ms. 31, f. armes Gautron / Dollo

Le livre d'heures enluminé de Roland Gautron et de Jeanne Dollo traduit le rang social du couple (2). Sans être luxueux, c'est pourtant un manuscrit intéressant, malheureusement mutilé de plusieurs feuillets et enluminures.
Nous ne connaissons pas la date de leur mariage, peut-être vers 1450... (en 1453, Roland est déjà "procureur" de messire Jean de Malestroit). Sur le tableau de famille le seigneur ne porte pas son habit armorié, sans doute du fait que par son mariage avec Jeanne Dollo il avait pris les armes de son épouse. 
Certaines généalogies leur donnent un fils, prénommé Gilles qui épousa en 1501 Yvonne le Coq, dame de la Menardais, et une fille, Jeanne, marié le 21 décembre 1509 avec Thomas Le Mintier, écuyer, seigneur de La Ville-es-Zion. Toutefois ces unions ne concordent guère avec les dates de Roland (la peinture du manuscrit nous montre 1 garçon et 2 filles). Une génération semble avoir été ignorée...


© Bibliothèque de Rennes Métropole, ms. 31, f. 87, détail
 
Le calendrier du livre d'heures de Roland Gautron est de facture rennaise avec plusieurs saints caractéristiques de ce diocèse (Melaine, Méen, Gobrien, Goulven). On y remarque la présence pourtant assez exceptionnelle, au 4 juin, de saint Petroc, honoré notamment à Trébédan, assez proche de Sévignac

f_76.jpg
© Bibliothèque de Rennes Métropole, ms. 31, f. 76, détail


© Bibliothèque de Rennes Métropole, ms. 31, f. 112, détail

Note
(1) Le catalogue de la Bibliothèque de monsieur le Président de Robien en son hôtel à Rennes, 1749 (Rennes, BM, 569) mentionne sous les n° 215 et 225 : "Heures de Notre Dame" et "quatre paires d'heures manuscrites".
(2) Le livre d'heures (bien plus luxueux) d'un autre sénéchal de Lamballe, Jean Troussier, qui succéda à Roland Gautron, appartient aux collections d'Heribert Tenschert. Voir notre étude: Jean-Luc Deuffic, Le commanditaire breton des « Heures de La Gaptière », dans "Miscellanées bretonnes", Pecia, le livre et l'écrit, 16, 2014, p. 221-228. 


© Bibliothèque de Rennes Métropole, ms. 31, f. 2

Voir généalogie des Dollo/ Gautron / Robien sur le blog de François du Fou.

Manuscrit numérisé : Tablettes Rennaises ; BVMM/IRHT

Georges Dogaer mentionne le ms. 31 comme décoré par l'atelier du Maître aux rinceaux d'or (Gold Scrolls Group) (Flemish Miniature Painting in the 15th and 16th centuries, Amsterdam 1987), référence reprise dans la base Luxury Bound d'Hanno Wijsman.

=====  Ce manuscrit fera l'objet d'une notice plus importante dans notre prochain ouvrage (2016), où seront décrits près de quatre cent livres d'heures : « Car sans heures ne puys Dieu prier ... » / Le Livre d’heures enluminé en Bretagne / The Illuminated Book of Hours in Brittany  =====