En voulant rassembler quelques informations sur les livres d’heures d’Anne de Bretagne, j’ai suivi mes amies Cynthia Brown (1) et Diane Booton (2) sur les traces d'un manuscrit de la bibliothèque universitaire d’Edimburgh, coté Laing 15, lequel porte effectivement les armes de la reine et duchesse de Bretagne (3). Il a été décrit dans le catalogue de Catherine R. Borland, publié en 1916 :
A Descriptive Catalogue of the Western Mediæval Manuscripts in Edinburgh University Library (n° 45, p. 81-84, 324): https://archive.org/stream/descriptivecatal00edinuoft#page/104/mode/2up
Borland a relevé au f. 1 de ce livre d’heures (probablement à l'usage de Toul (4) une précieuse inscription, lecture partiellement erronée et de ce fait inexploitable à l'époque :

Le septieme Novembre 1596 sont les presentes heures venues en partage au Balthasar Remiel Chancellier de Ma [. . .] des biens delaissés par feu Jeanne Bertrand sa mere grande, lesquelles le dict Remiel a donne a Barbe Remiel sa fille aisnée pour souvenance de la deffuncte et affin quelle au memoire dicelle en ses praves [?] le dict VIIe Novembre an susdict 1595 (sic). E. [?] Remiel.

L'absence de toute documentation sur ces "REMIEL" m'a conduit bien entendu à poursuivre mes recherches. En recoupant différentes données prises à cette inscription, notamment celles du prénom assez particulier et de la fonction du personnage, j’ai découvert sans trop de peine la véritable identité du possesseur. Il s’agit très précisément de Balthazar Rennel(ou de Rennel), président de la Chambre des comptes de Lorraine, issu d'une très ancienne famille originaire de Boulogne-sur-Mer, en Picardie. En fait Borland s'était trompée dans quelques jambages ...

Balthazar Rennel devient conseiller et auditeur de la Chambre des comptes de Lorraine le 8 mars 1574, remplaçant son père. En 1594, il fait partie du conseil de ville de Nancy, nommé conseiller d'Etat le 7 février 1606, président de la Chambre des comptes de Lorraine le 19 janvier 1613, à la place de Michel Bouvet, et ce jusqu'en 1633. Employé par le duc de Lorraine à de difficiles négociations, il résigna son office de président en faveur de son petit-fils Claude Voillot, le 28 octobre 1633.
Balthazar épouse le 7 mars 1576 Barbe de Lescut, fille de Jean de Lescut et de Barbe Le Clerc. De cette alliance vinrent 14 enfants dont 10 moururent en bas âge :
1) François de Rennel, né le 20 novembre 1583, mort le 11 février 1649 ; il fut seigneur de Brin & créé conseiller d’état par patentes du 27 avril 1611. Il épousa par contrat du 1 mars 1609, Esther Barnet, fille de Louis, ministre d’état du duc Henri & son envoyé extraordinaire vers les cours de Rome & de Mantoue. Elle mourut à Paris le 13 février 1644, ayant eu pour fille unique Marie de Rennel, née le 11 juin 1611, morte le 21 avril 1645, ayant épousé par contrat du 23 avril 1616 Claude de Veillot de Valleroy, seigneur dudit lieu, Madecourt, Agecourt, Maroncourt &c, premier secrétaire d’état du duc Charles IV & président en chef de sa chambre des comptes de Lorraine, mort le 12 août 1650.
2) Barbe de Rennel, née le 20 décembre 1584, morte le 21 septembre 1619, veuve du 10 octobre 1614 de Claude de Bouvet, seigneur de Heille, court ministre & secrétaire d’état des ducs Charles III & Henri, qu’elle avoit épousé par contrat du 20 mai 1601. C'est elle qui reçoit le livre d'heures de son père.
3) Catherine de Rennel, née le 2 juin 1591, morte le 10 mai 1631, veuve du 1 octobre 1621 de Jean de Baillivy, seigneur de Houdemont & de la Neuveville, conseiller d’état des ducs Charles III & Henri, qu’elle avoit épousé par contrat du 6 novembre 1607.
4) Baltasar de Rennel, II du nom, comte de Rennel & de l’empire, seigneur de Jarville, Andilly & Hermamesnil, conseiller d’état du duc Charles IV, né le 17 mars 1593, mort le 2 novembre 1658, épousa par contrat du 11 janvier 1621 & par bénédiction nuptiale du 4 mai suivant, Claude de Guerin du Montet, fille aînée & principale héritière de Baltasar de Guerin, seigneur du Montet & de Marie de la Ruelle, laquelle se remaria en 1616 à Jean de la Moussaye, chevalier seigneur de Carcouet, en Bretagne (5), chambellan du duc Henri, colonel d’un régiment d’infanterie & lieutenant au gouvernement de Nanci. Elle mourut le 8 février 1641, âgée de 33 ans, 9 mois, 21 jours, ayant eu de son mariage onze enfans dont cinq morts en bas âge.
Voir sur cette famille les notes généalogiques de Moreri .

Balthazar était le fils de Bonaventure Rennel (ca 1509-1584), anobli le 1er avril 1553, et de Marie Janin (+ 1560), et le petit-fils de Jean Janin (ou de Janin) et de Jeanne Bertrand (ou de Bertrand), cette "mère grande" qui fit don de son livre d'heures à son petit-fils, et qui est probablement commanditaire ou premier possesseur du manuscrit.

Jean de Janin, seigneur de Manoncourt, marié à Jeanne de Bertrand, dame de Brin, des barons de Marimont, fille de Didier, seigneur Brin, trésorier général des finances du duc Antoine ( de1508 à 1544, lien) et d'Anne-Marguerite de Küel, d'une illustre maison de Silésie (De La Chesnaye, Dictionnaire de la noblesse, tome 8, Paris, 1774, p. 195)

Balthazar Rennel et Barbe de Lescut, décédés en 1637, seront inhumés à Nancy, dans la célèbre église des Minimes de Notre-Dame-de-Bonsecours, où reposent encore aujourd’hui le coeur de Marie Leczinska :

La première chapelle du côté de l’évangile, près du sanctuaire, est celle dite aujourd hui des Rennel. Elle a eté construite aux frais du Duc Charles III et elle est assez singulière. Dans le bas, elle forme un grand quarré avec un autel dans le fond. Le tableau qui en fait la décoration représente la Ste Vierge au lit de la mort, joignant les mains, environnée des Apôtres, parmi lesquels St Pierre, revêtu d’une chappe, tient un cierge de la main droite, et appuye la gauche sur un livre ouvert, paroissant réciter des prières ; les autres Apôtres ayant tous la tête couronnée d’une gloire, semblent abîmés dans la douleur. Un d’eux porte une croix au haut d’un long bâton d’argent, et un autre un bénitier avec son goupillon. Devant le lit est une table couverte d’un tapis de Turquie, aux armes de Rennel et de l’Escut. Dans le milieu, on y voit un chandelier avec une chandelle allumée, et à côté un livre sur lequel est une palme. J. C. sortant à demi corps d’une nue qui est au dessus du tableau et dans l’angle, tend les bras à sa Mère et semble lui adresser ces paroles mises en lettres d’or dans l’entablement de l’autel : Veni de Libano, Sponsa mea ; veni, coronaberis. Des anges et des chérubins ornent encore ce tableau que l’on attribue à Bellange ; mais l’humidité paroit lui avoir fait perdre une grande partie de son premier mérite.
Un ordre d’architecture Ionique fait l’ornement de cette partie inférieure de la chapelle. Dans les quatre angles sont placés sur des nuages les quatre Evangélistes de grandeur naturelle avec leurs attributs formant une forte saillie. Au-dessus de leurs têtes s’élèvent des arcs qui rendent cette chapelle de quarrée qu’elle est en bas, octogone. Elle s’arrondit ensuite pour former un dôme qui reçoit le jour par six fenêtres qu’on y apperçoit. Au haut de l’autel et sous ce dôme, sur la corniche de l’ordre qui décore la partie inférieure de la chapelle, on a placé les dix Apôtres, distingués des deux Evangélistes mentionnés ci devant avec les instrumens de leur martyre. Toutes ces figures sont du célèbre Drouin.
Au côté de l’évangile on voit dans un oval les deux bustes en bas relief de Balthazard Rennel et de Barbe de l’Escut son épouse, l’un et l’autre ont les mains jointes, le mari a la tête découverte de petits cheveux, une barbe peu longue avec des moustaches ; il a le cou orné d’ une fraise. L’épouse a une collerette et une cornette fort larges. Au-dessus l’écu parti de Rennel et de l’Escut est surmonté d’une petite pyramide de marbre noir. Sous l’ovale qui contient les figures et dans un cadre en forme de miroir de toilette renversé, est cette épitaphe

D.O.M.V.Q.M.
Memoriæ et Securitati, Viator amice, si legere non vacat, precare et abi. Si vacat, hominem te recogita et favebis. Balthazar Rennel Patricius Nanceianus, Brinii, Sancti Germani et Jarvillæ Dominus, vitâ honestissimè exactâ, hîc jacet. Robusta illum virtus per honorum apices manu deduxit, sequutus est trahentem, et in sanctiori Ducum consilio computique Lotharingici summo fastigio sic stetit, ut lapsum nesciret, sic vixit ut mori non pœniteret, sic obiit, ut vixisse non puderet, et quod felicitatis caput fuit, heu ! est ne hac in vita felicitas quam tot mala interpungunt ! Magnis Ducibus CAROLO III, HENRICO II, CAROLO IV, ubique probatus, antiquæ probitatis fama incolumem ad hocusque marmor deduxit, sub quo diem Christi expectat, majorum quæ mortales agunt, jam nunc equidem securus ; at æternae securitatis candidatus. Adde jam vota tua, bone hospes, et mortis memor, abi in tuas res. Vivere desiit anno Dni 1637 Novembris 16 aetatis suæ 85.

Un peu plus bas et sur un autre marbre on lit :

Jacet sub eodem tumulo Domina Barbara de Lescut supradicti, Domini Balthazaris Rennel fidelissima conjux, quæ post spatium circiter 62 annorum quocum eo pacificè in matrimonio vixit, expleto ætatis suæ 79 cursu die 29a Martii anni 1637 migravit ex hoc sæculo, ut feliciùs viveret in altero. Tu, Domine, dona ei requiem et locum indulgentiæ.

J. J. Lionnois, Histoire des villes vieille et neuve de Nancy, tome II, 1811, p. 302 sq.


Armes des RENNEL et LESCUT :
d'azur à la croix ancrée d'or chargée d'un tourteau de gueules (Rennel)
d'or au lion de sable armé et lampassé de gueules chargée à l'épaule senestre d'un écusson d'argent (Lescut)



Cadran solaire en bois de Sainte-Lucie, aux armes de Nicolas de Rennel, comte du Saint Empire, anobli en 1730 (source).

Note
(1) Cynthia Brown, The Queen's Library Image-Making at the Court of Anne of Brittany, 1477-1514, University of Pennsylvania Press, 2011, p. 307.
(2) Diane Booton, Manuscripts, Market and the Transition to Print in Late Medieval Brittany, Ashgate, 2010, p. 252.
(3) Armes entourées du collier de Saint-Michel. Ce manuscrit ne semble pas être lié directement à la reine Anne, à moins que ce ne soit un cadeau du couple royal pour Jeanne de Bertrand ou son mari. Il y aurait peut-être une piste à suivre avec les relations de Didier Bertrand, le père de Jeanne, avec le poète réthoriqueur et "herault d'armes de Lorraine" Pierre Gringoire (ou Gringore), dit Mere Sotte, auteur notamment d'un mystère pour l'entrée de la reine Anne de Bretagne à Paris, en novembre 1504. En effet, on le trouve nommé à plusieurs reprises dans les comptes de Didier Bertrand, trésorier général des finances (AD 54, source).
Voir Charles Oulmont, Pierre Gringore, 1911, reprints 1976.
Cynthia J. Brown, Les entrées royales à Paris de Marie d’Angleterre, 1514 et Claude de France, 1517, Genève : Droz, 2005.
Alan Hindley, Le jeu du Prince des Sotz et de Mère Sotte de Pierre Gringore, Paris : H. Champion (collection : La Renaissance française), 2000.
(4) Du moins calendrier et litanies sont Toulois.
(5) Voir AD 54, B 437:

Lettres passées par Charles, duc de Lorraine, à haut et puissant seigneur Jean Philippe, comte Cratz de Scharpffenstein, colonel, etc., à honnoré seigneur Jean de la Moussaye, sieur de Ceircourt, acceptant pour ledit comte, données à Vaideshem le 28 de décembre 1627, par lesquelles ledit seigneur, duc ayant été secouru par ledit comte pour ses grandes affaires et nottament pour la conservation de ses états de la somme de 200000 francs monnoye de Lorraine, il luy vend et délaisse les ville, château, villages, terres, seigneuries, rentes, revenus de Sarguemund siz au duché de Lorraine ... (en ligne).

Marie de la Ruelle se remaria, par contrat du 25 juin 1616, à Jean de la Moussaye, chevalier, seigneur de Carcouët en Bretagne, chambellan du Duc Henri, dont Philippe, marquis de la Moussaye, colonel d'Infanterie au service de France, mort de ses blessures à la bataille de Rocroy, donnée en 1643 (Chesnaye, Dictionnaire de la noblesse).
Ambroise Pelletier, Nobiliaire ou armorial général de la Lorraine et du Barrois, t. I, Nancy, 1758, p. 642, donne également comme épouse à Jean de La Moussaye, une autre épouse : Marguerite Philippe, de Valfroicourt, fille de Henry Philippe et de Marguerite Bertrand.
Daniel de La Motte-Rouge, J. P. Le Gal La Salle, Vieilles demeures et vieilles gens: châtellenie de Lamballe, d'après des illustrations anciennes et des documents inédits, 1977, p. 552.

Biblio
Comte A. de MAHUET, Procès entre les familles LE FEBVRE, DE LOMBILLON ET DE RENNEL (1733 -1736), 1905.

Sources documentaires
Archives départementales de la Meurthe-et-Moselle, 97 J 1-66 : Archives des familles de Rennel et de l'Escut (1544 - 1782).
10.10.1587 (AD 54 3E 246) Vente par Jean Colin demeurant au ban de Guermange à noble femme Jennon Bertrand dame de Brin en partie, relicte de feu noble Didier Feriet, trésorier général de Metz. 29.12.1590 (3E 8157) Bastien Tixerant de Vic, procureur de Jennon Bertrand , demeurant à Brin veuve noble Didier Feriet, trésorier général de l'Evêché de Metz, laisse à bail un gaignage à Chambrey (lien)