Il y a déjà bien longtemps, à la recherche d'informations pertinentes sur les écrivains bretons du Moyen Âge, j’avais été étonné par ce curieux nom de Chasteau Tournant (note A), donné à l'auteur d’un traité en vers sur la fin de l’homme, composé vers le milieu du XVe siècle...
Yorio Ōtaka, professeur émérite des universités d’Osaka et de Otemae, au Japon, à qui l’on doit déjà de très beaux livres sur d’anciens textes français (notamment l'Histoire ancienne jusqu'à César, chez Paragdime), prépare l’édition de cette œuvre inédite à partir du manuscrit OUL 2 du Centre de Recherches anglo-normandes (Otemae University Library), publication attendue car ce texte représente un témoin important de l'emploi de la langue française en Bretagne au Moyen Âge, près de cette Britannia gallicana, Haute-Bretagne d'aujourd'hui, porte d'entrée vers la Basse-Bretagne bretonnante.

Carte linguistique de la Bretagne (conception : Tanguy et F. Broudic), extraite de l’Atlas de l’Histoire de Bretagne, éd. Skol Vreizh, 2002. Ligne verte: la limite entre gallo et breton au XVIe siècle, d’après « L’histoire de Bretaigne » de Bertrand d’Argentré (1588).
 
Yorio Ōtaka m’ayant contacté, je me suis mis à la recherche de l'auteur de ce traité versifié qui se présente lui-même comme étant franczois et ... bretonnant.
Le traité est, à ce jour, connu par 3 exemplaires ( Cf ARLIMA et JONAS / IRHT )
§ NISHINOMIYA, Otemae University Library, Centre de Recherches anglo-normandes, OUL 2 (XVIe s.). Manuscrit ayant appartenu au seigneur breton Claude de Rieux (note 1).

« Ce present libvre est et appartient a hault et puissant seigneur monseigneur Claude de Rieux et de Rochefort, baron d’Ancenys comte de Harcourt, vicomte de Donges seigneur de Largouet et de Chasteauneuff ».

Sur ce manuscrit voir : P. Durrieu, « Les manuscrits à peintures de Sir Thomas Phillips à Cheltenham », dans Bibliothèque de l’école des chartes, t. L, 1889, p. 401, n° LVII. Vente Edwards, cat. Paris d’Illins, 26 mars 1791, lot 235. Thomas Rodd, 1821, n° 3412 ; 1823, n° 69. Vente Sotheby’s du 30 novembre 1976, lot n° 888. Librairie Laurence Witten, catalogue 8 (1978), n° 38 ; 10 (1979), n° 27. Vente Sotheby’s du 18 juin 1991, lot 116, p. 174-175. Pierre Gasnault, « Charles-Henri de Clermont-Tonnerre et la bibliothèque du couvent des Minimes de Tonnerre », dans D. Nebbiai-Dalla Guarda & Jean-François Genest, Du copiste au collectionneur. Mélanges d’histoire des textes et des bibliothèques en l’honneur d’André Vernet (Biblilogia 18), Turnhout, Brepols, 1998, p. 585-614. Jean-Luc Deuffic, Notes de bibliologie. Livres d'heures et manuscrits du Moyen Âge identifiés (XIVe-XVIe siècle), Pecia, 7, 2009, p. 102-103.
§ PARIS, Bibliothèque nationale de France, fr. 1200 (8 novembre 1451).
§ PARIS, Bibliothèque nationale de France, N.a.fr. 10032 (extr. ? non encore consulté) 2e moitié du XVe s.
Le plus intéressant de ces manuscrits, peut-être l’original, me semble le fr. 1200 (numérisé sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b9059678h
Il provient des collections du château d’Anet (voir notre site), dont il porte l’ancienne cote « VIc lxiii », figurant au catalogue de 1724 sous le n° 79 (papier): « Traité de la fin de l’Homme en vers ».


Paris, BnF, fr. 1200. Marque particulière des collections du château d'Anet

Ce manuscrit fut par la suite racheté par Antoine Lancelot (1675-1740), membre de l'Académie royale des inscriptions et belles lettres : cote « 147 ». Donc, un parcours identique à celui du Catholicon breton de Lagadec et de bien d'autres manuscrits médiévaux venant de Bretagne ou ayant appartenu à des seigneurs bretons...
 
Le texte commence :

Memento finis
Ou nom du Pere et Creatour
Qui nous fourma et crea touz
Et de Ihesus son begnoist filz...

Et finit:

Aint de la saincte Trinité
En la cestielle cité

Au f° 280r°-v°, on peut lire ce colophon quelque peu énigmatique:

L'an de grace mill quatre centz
Cinquante et ung
du povre sens
De l’actour ce livre acomplis
Fut entre vespres et complies*
Pour vroy le di bien m’en remembre
Le ouyctiesme jour de novembre
Qui le sournom savoir voulra
Pour certain trouver le poura
Ou tiers livre ou segond chappitre
Escript tout au long sens tiltre
Cil qui le lira a dieu prie.
Qu'escript soit ou livre de vie
Amen. Deo gratias.

Effectivement, au second chapitre du 3e livre, f° 73v° :

Bien fuz nommé chasteau tournant
Ung franczois et ung bretonnant

Et pour le prénom, il faut se rendre au f° 279v°

Et priez pour le povre Allain
Qui de maint peché prins a lain


Paris, BnF, fr. 1200

Un auteur à identifier ... français et bretonnant

À la recherche d’un « Chasteau Tournant », français et breton, mon enquête m’a orienté vers une zone à la limite de la Bretagne gallo et de la Bretagne bretonnante, au centre même de la Bretagne. Ce lieu très ancien fut le berceau des vicomtes de Porhoët, et donc de l'illustre et prestigieuse famille de Rohan. Son nom : Château Tro, aujourd’hui sur la commune de Guilliers (Morbihan). La première occurrence de ce toponyme figure en 1084 dans le Cartulaire de Redon mais probablement dans une fausse charte : Guethenoc y est dit vicecomes de Castello Thro. Le mot breton tro, trô, se traduit par "tournant, tour, circonférence .. (c'hoari an dro = faire le tour)... Voir les Dictionnaires bilingues de Francis Favereau / Edition Skol Vreizh sur le site Grand terrier.
On retrouve également cet élément « - tro - », dans le nom même de la région où se situe Guilliers : le Porhoët, attesté sous les formes pagus Trocoet vers 854, Poutrocoet en 859, pagus trans sylvam en 868 (pays entouré par la forêt ?).

Sur la motte féodale de Château-Tro, lire l’excellente étude de Lucie Jeanneret, « Le réseau castral du Porhoët et du Rohan : mise en place et morphologie des sites fortifiés du Xe au XIIIe siècle », publiée dans le Bulletin de la Société Polymathique du Morbihan, 2014.

Le château devient la propriété de la famille Chasteautro ou Chasteau-Trou (en 1382, en 1480 et en 1550; armes: d'argent, à trois têtes de renard coupées de sable, armées et lampassées de gueules)
À la montre des nobles de l’évêché de Saint-Malo, de 1440, on trouve pour Guilliers : Alain DE CHASTEAUTRO, ayant des métayers à la Ville Cado et à l’Esclèche.
Le dictionnaire des feudataires des évêchés de Dol et Saint-Malo en 1480, comptabilise la présence de 12 nobles de Guilliers, dont plusieurs Chasteautro, entre autres : Alain DE CHASTEAUTRO, de Botelle (20 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît en archer ;
En 1437, Alain de Chasteautro était procureur de Béatrice de Clisson (1363-1448), veuve d’Alain vicomte de Rohan (René Blanchard, Lettres et mandements de Jean V, duc de Bretagne, volume 7, 1894, p. 161-162). Peut-être est-ce notre homme ? Alain fils d’Alain, épousa vers 1440 Fleurie le Corgne (Potier de Courcy, Nobiliaire et armorial de Bretagne, tome 1, Nantes & paris,1862, p. 185).

En définitive, il est quasiment assuré que l'auteur du traité sur la fin de l'homme appartient à cette famille de Châteautro, mais difficile d'identifier avec certitude de quel Alain il s'agit, ce prénom ayant été porté par plusieurs de ses membres. Signalons, pour terminer, qu'un Geoffroy de Châteautro, fils d'Yves de Châteautro et d'Yvonne de Kerguézangor, seigneur et dame du Cartier, fut reçu docteur es droits à l'Université de Ferrare (Italie) le 20 avril 1543, après avoir étudié à Toulouse et à Bologne (note 2).

Ung franczois et ung bretonnant...

Se disant « franczois » et « bretonnant », Alain de Chasteau tournant, qui écrivait en 1451, indique ainsi que l’utilisation du breton sur son territoire, à l’est de la limite proposée par d’Argentré au XVIe siècle (voir carte ci-dessus), reste effective à son époque. Son témoignage est donc important pour constater l’évolution et le recul de la langue bretonne (ou l’avancée du gallo). Dans ce contexte, on peut noter la présence, à Guilliers même de plusieurs toponymes bretons : Leucadeuc, Kerbigot, Treglion, etc.

* Entre 18 et 21 h. Le 8 novembre, en 1451, était un lundi.

Note A
Y aurait-il une allusion au château tournant, "motif fréquent dans la littérature arthurienne qui hérite sur ce point des anciennes conceptions celtiques" ?? Philippe Walter, Dictionnaire de mythologie arthurienne
Note 1
Passa aussi entre les mains de Claude de Rieux (+ 1532) un exemplaire "morbihannais" (Paris, BnF, fr. 1659) du « Libvre du bon Jehan duc de Bretaigne », de Guillaume de Saint-André, issu des collections de la chartreuse de Saint-Michel d’Auray, achevé le 11 mai 1441 à Vannes par Jean Olivero (pour Yvon Conan).
Note 2
E. Picot, compte rendu des Cenni storici intorno all'Università di Ferrara (par G. Martinelli, Ferrare, 1899-1900) et des Titoli dottorali conferiti dallo studio di Fe rara nei sec. XV e XVI (éd. par G. Pardi, Lucques, 1901),dans Le Journal des sçavans, 1902, p. 93.

Je remercie Fañch Broudic pour son aide bien précieuse
(Blog : http://languebretonne.canalblog.com - Site perso : www.langue-bretonne.com )
et Pierre-Yves Lambert pour sa documentation linguistique.

Une fête médiévale à Château Tro en 1931 :
carte_postale_1936.jpg