La disparition récente de Pierre Riché, historien du monde carolingien, attriste en particulier les chercheurs bretons. Pour ma part, je me souviens de nos séances de travail pour l'organisation du colloque du 15e centenaire de l'abbaye Saint-Guénolé de Landévennec qui se tint en avril 1985. Plus précisément, me reviennent distinctement encore ces quelques heures passées ensemble, pour une réunion que j'avais organisée avec Léon Fleuriot (1923-1987) et Gwenaël Le Duc (1951- 2006), à son domicile parisien, puis celle qui se déroula par la suite à l'abbaye de Daoulas, en 1984. Toujours accueillant et disponible, l'homme ne cessera d'être une référence pour tous les médiévistes.

Pierre Riché, en mai 1985, à l'abbaye de Daoulas, lors de l'exposition qui s'y tenait, consacrée à l'abbaye de Landévennec.

Voir André Yves Bourgès: Disparition de Pierre Riché
http://www.hagio-historiographie-medievale.org/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Rich%C3%A9